Procédure de destitution: le fils de Donald Trump appelle à inonder les démocrates d’appels téléphoniques

Donald Trump s’apprêtant à décoller pour le Maryland
Donald Trump s’apprêtant à décoller pour le Maryland - AFP

Un des fils de Donald Trump a appelé, sur le réseau social Twitter, les partisans du président américain à bombarder les députés démocrates d’appels téléphoniques et de tweets. Cette manœuvre intervient alors que le locataire de la Maison blanche est visé par une enquête en destitution et qu’un vote à cet effet a lieu la semaine prochaine à la Chambre des Représentants.

Donald Trump Junior a incité les alliés de son père à multiplier les appels téléphoniques dans une série de messages sur Twitter auxquels étaient liés les profils Twitter et numéros de téléphone de 31 démocrates. La publication a ensuite été partagée par le président.

Donald Trump Junior
Donald Trump Junior - AFP

« Assez ! Ces démocrates dans les districts de Trump ont dit qu’ils soutenaient @realDonaldTrump. Ils ont menti. Il est temps désormais qu’ils entendent parler de NOTRE MOUVEMENT. Voici une liste complète de leurs noms et numéros de téléphone. Appelez-les sans interruption, envoyez-leur des tweets, expliquez-leur que ce n’est pas possible et que vous vous en souviendrez en novembre », lors de la prochaine présidentielle, a-t-il lancé.

Les numéros de téléphone publiés sur le réseau social ne sont pas des numéros privés mais de bureau.

Dans son appel, le fils de Donald Trump n’a pas fait référence à l’enquête en destitution visant le président américain.

La Chambre des représentants doit voter la semaine prochaine sur les deux chefs d’inculpation retenus par les démocrates contre le milliardaire, à savoir « abus de pouvoir » et « entrave à la bonne marche du Congrès ». Or, selon des médias américains, plusieurs personnalités démocrates sont toujours indécises.

Compte tenu de la majorité démocrate dans cette enceinte (235 des 435 sièges), Donald Trump est quasi assuré d’être mis en accusation. Il devrait toutefois échapper à une destitution ; le Sénat, chargé de le juger, étant contrôlé par les républicains qui font bloc autour de leur président.

Les démocrates ont entrepris une enquête en destitution après l’explosion du « scandale ukrainien ». Trump aurait exercé des pressions sur le président ukrainien, Volodymyr Zelensky, afin qu’il enquête sur de possibles ingérences ukrainiennes dans l’élection de 2016. Il lui demandait particulièrement de « se pencher » sur le démocrate Joe Biden, bien placé pour l’affronter lors de la présidentielle de 2020.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. POLITICS GOVERNMENT KING RECEIVES INFORMERS

    Coalition fédérale: les informateurs au Palais ce lundi sans avancée

  2. Avec ses 215 millions d’hectares de forêt et 36 millions d’hectares de terres boisées, l’Europe (ici au Portugal, l’été passé) pourrait, disent certains, connaître aussi ses «
méga-feux
». © Reuters/Rafael Marchante

    Le réchauffement accroît les risques d’incendies aussi en Europe

  3. Douze pays étaient représentés pour chercher une issue pacifique à cette guerre : Russie, Egypte, Turquie, Etats-Unis, Grande-Bretagne, Arabie Saoudite, Emirats arabes Unis, Congo, Qatar, Algérie, Italie et France ainsi que les deux belligérants libyens.

    Accord très fragile pour une paix durable en Libye

La chronique
  • Harry et Meghan, les papes et Vincent Kompany: les gagnants et les perdants de la semaine

    Les gagnants

    Harry et Meghan

    Une grand-mère comme Elizabeth, tout le monde en rêve ! Le conseil de famille convoqué en urgence et à huis clos dans un château de la famille royale devait tourner à la curée pour Harry et Meghan, les princes rebelles. Eh bien, nenni, comme on ne dit pas au Royaume-Uni : la Reine s’est montrée très large d’esprit et en définitive bien de son temps. De ce que l’on en sait en tout cas, et on ne sait pas forcément tout.

    Les congrès politiques

    Avez-vous vu ça ? Samedi dernier à Namur, les petites mains du CDH ont ajouté des chaises dans tous les coins disponibles pour permettre aux militants d’écouter Maxime Prévot à l’aise. Et le lendemain à Wavre, il aurait fallu un chausse-pied pour faire rentrer les fidèles du MR dans la salle où Georges-Louis...

    Lire la suite

  • Exclusion de Kir: au PS, fini de biaiser

    Emir Kir exclu du PS ! Le parti socialiste n’a pas esquivé cette fois, ni biaisé. Après six heures de discussion, la décision a été prise de sanctionner et non plus de comprendre ou d’excuser des comportements des élus en contradiction avec ses valeurs. Et cela quel que soit le poids de l’élu qui a dérapé. Emir Kir – qui rappelons-le peut faire appel d’une décision qu’il trouve totalement injuste –, ne bénéficie donc plus de la protection dont il a pu jouir dans le passé.

    Son bouclier de...

    Lire la suite