La COP25 joue les prolongations, avec des positions toujours opposées

Madrid
Madrid - Belga

Les négociations se poursuivaient samedi à la 25e Conférence de l’ONU sur le climat à Madrid, sans accord en vue, certains craignant une régression au terme de cette COP qui se présentait pourtant comme celle de l’ambition.

« Nous avons fait des heures supplémentaires, nous devons montrer au monde extérieur que nous tenons nos promesses, que le multilatéralisme fonctionne », a insisté la ministre chilienne de l’Environnement Carolina Schmidt, qui préside la COP25. « La solution que nous proposons est équilibrée dans son ensemble », a-t-elle assuré.

Pourtant, aucun consensus ne se dégageait autour des nouveaux textes de négociation présentés samedi matin, en particulier autour des principaux sujets de discussion : ambition en matière de réduction des émissions de gaz à effet de serre, financement pour les pays du Sud ou encore règles de fonctionnement des marchés carbone internationaux.

Manque d’ambition

« C’était la COP de l’ambition, nous ne voyons pas l’ambition », a critiqué Carlos Fuller, de Belize au nom du groupe des petits Etats insulaires qui s’est dit « mécontent ».

Environ 200 Etats sont réunis à Madrid pour apporter la dernière touche aux règles d’application de l’Accord de Paris de 2015, qui prévoit de limiter le réchauffement climatique bien en-dessous de 2ºC, voire à 1,5ºC.

Au rythme actuel des émissions de gaz à effet de serre, le mercure pourrait gagner jusqu’à 4 ou 5ºC d’ici la fin du siècle par rapport à l’ère pré-industrielle, avec son lot de catastrophes.

Les Etats doivent revoir leurs promesses climatiques en 2020. Environ 80 pays se sont engagés à relever leurs engagements, mais ils ne représentent qu’environ 10 % des émissions mondiales.

Pour l’Union européenne, qui vient de s’accorder sur un objectif de neutralité carbone en 2050, « il est impossible de quitter cette COP sans un fort message sur l’ambition (…) c’est une chose que les gens à l’extérieur attendent de nous et nous devons entendre leur appel », a souligné une membre de la délégation.

Pour David Waskow, expert des négociations climatiques au World Resources Institute, « si le texte est accepté en l’état, la coalition de la faible ambition aura gagné ».

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. PHOTONEWS_10852191-011

    Coronavirus: que faire si l’on a des symptômes?

  2. La récente dénonciation de certains abus a mis en évidence un manque d’informations chez les étudiants sur leurs droits et sur les structures d’aide existantes.

    Les universités renforcent leurs dispositifs anti-harcèlement

  3. PHOTONEWS_10669380-007

    Rensenbrink ou l’élégance rare du footballeur en smoking

La chronique
  • Exclusion vs Réconciliation

    Le lieu n’est pas ici de commenter la décision de la commission de vigilance du Parti socialiste d’exclure Emir Kir. Tout au plus faut-il noter que le bourgmestre de Saint-Josse paie au prix fort le lien qu’il a conservé avec sa communauté d’origine alors que nul ne pourra contester qu’il est un député de qualité et un bourgmestre compétent, très apprécié par ses administrés, bien au-delà de sa communauté d’origine.

    Il apparaît aujourd’hui comme la victime collatérale et symbolique d’une problématique beaucoup plus large qui touche tous les partis. La tentation du double discours est récurrente. Côté cour, il y a le programme politique du parti. Côté jardin, il y a des murmures dissonants qui visent à capter un électorat en le brossant dans le sens du poil, quitte à contredire des...

    Lire la suite

  • Affaire Nethys: parole de consultant, parole d’évangile?

    Quand je serai grand, je ferai consultant » : c’est le tweet d’un de nos confrères de l’Echo, qui publiait ce vendredi les sommes versées par Nethys à McKinsey ces cinq dernières années. C’est la nouvelle présidente d’Enodia, actionnaire de Nethys, la socialiste Julie Fernandez Fernandez, qui révélait les vingt millions d’euros payés au consultant entre 2014 et 2019. Un chiffre qui n’est pas définitif puisque McKinsey est à l’œuvre depuis bien plus longtemps aux côtés des ex-dirigeants liégeois. La présidente...

    Lire la suite