Elections au Royaume-Uni: Jeremy Corbyn s’excuse pour la défaite du Labour

Elections au Royaume-Uni: Jeremy Corbyn s’excuse pour la défaite du Labour

Le chef de l’opposition travailliste Jeremy Corbyn a présenté ses excuses à ses électeurs dimanche pour le très mauvais score qu’a réalisé son parti lors des élections législatives britanniques de jeudi, défendant tout de même son programme. « Je suis désolé que nous n’ayons pas été à la hauteur et j’en prends la responsabilité », a déclaré M. Corbyn dans une lettre ouverte publiée par le Sunday Mirror.

Les conservateurs du Premier ministre Boris Johnson ont remporté jeudi haut la main le très attendu et décisif scrutin législatif, se voyant ainsi crédité d’un mandat pour « réaliser le Brexit » au 31 janvier.

Ils ont remporté 365 sièges (+48) sur les 650 disponibles à Westminster, grâce à la prise de circonscriptions ouvrières acquises depuis des décennies aux travaillistes, mais favorables au Brexit, laissant en face une opposition effondrée à 203 sièges (contre 262 auparavant), son pire score depuis 1935.

« Je n’hésiterais pas à le dire. Le résultat a été un coup dur pour tous ceux qui ont désespérément besoin d’un vrai changement dans notre pays », a estimé le très à gauche chef de file du Labour, dans sa lettre ouverte.

« Tirer les leçons »

Le septuagénaire a assuré que son parti « tirer(ait) les leçons de cette défaite », promettant notamment de mieux « écouter les électeurs traditionnels du Labour que nous avons perdus dans les communautés ouvrières ». « Ce parti existe pour les représenter. Nous regagnerons leur confiance », a-t-il assuré.

Le chef des travaillistes, réélu pour la dixième fois dans sa circonscription londonienne d’Islington nord, avait cependant défendu la veille corps et âme un programme dont il s’est dit « fier ».

« Sur l’austérité, les inégalités, l’urgence climatique, nous avons gagné et dirigé le débat », avait-il jugé dans le Guardian. « Il n’y a pas de doute, nos propositions sont populaires. La question est plutôt : Comment pouvons nous réussir dans le futur, là où nous avons échoué ? »

Sur un siège éjectable depuis l’annonce des résultats, Jeremy Corbyn a promis de démissionner au début de l’année, après une période de « réflexion » de son parti.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. © Arnaud De Cremer

    Mobilité: rouler en voiture aux heures de pointe à Bruxelles coûtera (encore) plus cher

  2. Image=d-20160526-G7YUED_high

    Coronavirus: les médecins généralistes belges dénoncent un manque d’informations

  3. @AFP

    Ligue des champions: De Bruyne, le héros de Manchester City (vidéos)

La chronique
  • La fable du matoufé et du guacamole

    L’hiver est là et il nous donne une bonne raison de manger des plats que les diététiciens réprouvent. Vous connaissez sans doute le matoufé, cette omelette généreuse enrichie de lardons, de farine et de lait. Une préparation « émouvante par sa simplicité », s’en émerveille la Royale Confrérie du Matoufé de Marche-en-Famenne, où je suis né. Mon père m’en avait légué la recette un jour où il pensait sérieusement à sa postérité.

    Posés sur les tranches du pain croustillant tout juste sorti du four à bois de ma mère, ces œufs brouillés étaient une partie de mon « chez moi ». Avec le sanglier « qui a une longueur d’avance », l’eau ferrugineuse des pouhons célébrés par Guillaume Apollinaire et les anecdotes que mon père puisait dans son livre culte, Dure Ardenne, d’Arsène Soreil.

    J’ai parlé de ce plat, et je l’ai parfois même préparé, au gré de mes voyages. Il avait ce goût simple, rustique, rassurant, qui, dans toutes les cultures, évoque la chaleur du cocon familial, les grandes tablées après la moisson, le foot ou...

    Lire la suite