Bundesliga: le Borussia Mönchengladbach chute à Wolfsburg, Leipzig nouveau leader

PHOTO NEWS
PHOTO NEWS

Le RB, vainqueur 3-0 samedi à Düsseldorf, compte 33 points. Mönchengladbach, qui était en tête depuis le 6 octobre et la 7e journée, suit à désormais deux longueurs (31 pts).

Le Borussia Dortmund et le Bayern Munich, également vainqueurs ce week-end, occupent les 3e et 4e places, qualificatives pour la Ligue des champions, avec respectivement 29 et 27 points.

Dans un match très rythmé et souvent spectaculaire, Wolfsburg a ouvert le score dès la 13e minute par Xaver Schlager mais Mönchengladbach a égalisé quasiment sur l’engagement par son jeune international suisse Breel Embolo (1-1, 15e).

Wolfsburg, qui avait tiré deux fois sur les montants, a plié le match dans le temps additionnel par Maximilian Arnold (2-1, 90e+1).

«Les deux équipes ont joué avec une grosse intensité, et Wolfsburg nous a vraiment donné du mal», a reconnu le gardien de M’Gladbach Yann Sommer, «nous y avons laissé des forces, et en toute fin de match, on n’est plus complètement frais».

«Mais nous allons continuer, mercredi nous avons un match à domicile (contre la lanterne rouge Paderborn, NDLR) et il va falloir marquer des points», a ajouté le portier international suisse, visiblement pas effondré après cette défaite.

Thuram et Pléa malchanceux

En face, le directeur sportif du VfL Wolfsburg se félicitait de l’excellente prestation de ses hommes, qui n’ont en effet pas volé leur victoire: «Dès la première minute nous avons livré un match très engagé. Si on regarde les 90 minutes, nous avons eu plus d’occasions et à la fin, nous méritons de gagner».

Wolfsburg a certes vendangé des occasions mais Marcus Thuram (54e) pour Mönchengladbach a perdu un duel face au gardien Koen Casteels, qui a également repoussé du bout du pied un excellent tir d’Alassane Plea (57e).

Mönchengladbach, qui a semblé manquer un peu de fraîcheur, avait bénéficié lors des derniers matchs à la fois de l’élan que donne le succès, et du soupçon de chance nécessaire aux grandes performances. Notamment contre le Bayern Munich, battu 2-1 au Borussia Park la semaine dernière.

Cette fois, la chance n’a pas tenu jusqu’au bout, puisqu’Arnold a repris victorieusement de la limite de la surface un ballon mal renvoyé, pour faire exploser de joie la Volkswagen Arena.

Les «Loups» de Wolfsburg, équipe surprise du début de saison restée invaincue pendant presque trois mois d’août à octobre, sont désormais en 8e position avec 23 points.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. PHOTONEWS_10722386-053

    La taxe de congestion divise la majorité bruxelloise

  2. Caroline Désir, ministre de l’Enseignement.

    Coronavirus: calme, vigilance et hygiène seront de mise dans les écoles pour la rentrée lundi

  3. d-20200129-3YKG2R 2020-01-29 15:26:34

    Brexit: l’Irlande a-t-elle crié victoire trop vite?

La chronique
  • La fable du matoufé et du guacamole

    L’hiver est là et il nous donne une bonne raison de manger des plats que les diététiciens réprouvent. Vous connaissez sans doute le matoufé, cette omelette généreuse enrichie de lardons, de farine et de lait. Une préparation « émouvante par sa simplicité », s’en émerveille la Royale Confrérie du Matoufé de Marche-en-Famenne, où je suis né. Mon père m’en avait légué la recette un jour où il pensait sérieusement à sa postérité.

    Posés sur les tranches du pain croustillant tout juste sorti du four à bois de ma mère, ces œufs brouillés étaient une partie de mon « chez moi ». Avec le sanglier « qui a une longueur d’avance », l’eau ferrugineuse des pouhons célébrés par Guillaume Apollinaire et les anecdotes que mon père puisait dans son livre culte, Dure Ardenne, d’Arsène Soreil.

    J’ai parlé de ce plat, et je l’ai parfois même préparé, au gré de mes voyages. Il avait ce goût simple, rustique, rassurant, qui, dans toutes les cultures, évoque la chaleur du cocon familial, les grandes tablées après la moisson, le foot ou...

    Lire la suite

  • Les dangereuses conséquences politiques du coronavirus

    Le coronavirus est d’abord et avant tout un défi sanitaire mondial, évidemment. Avec un questionnement scientifique et la mise en place nécessaire de mesures à la fois fortes et proportionnées pour endiguer l’épidémie. Mais la maladie, qui est installée désormais au centre de l’attention de toute la planète, est, et de plus en plus, un révélateur démocratique. Quand on voit, de Rome à Paris en passant par Pékin, comment le virus s’invite sur la scène politique et les dégâts qu’il y fait, on s’inquiète autant, si pas plus, à ce propos que...

    Lire la suite