Weinstein se décrit comme un pionnier de la promotion des femmes à Hollywood

Harvey Weinstein (en gris)
Harvey Weinstein (en gris) - Reuters

L’ex-producteur déchu Harvey Weinstein affirme qu’il a été l’un des pionniers de la promotion des femmes à Hollywood, dans un entretien au New York Post publié dimanche, à moins d’un mois de l’ouverture de son procès pour agressions sexuelles.

L’homme est inculpé de cinq chefs d’accusation, desquels il a plaidé non coupable, pour un viol commis sur une femme en 2013 et une agression sexuelle sur une autre en 2006. Avec des dizaines d’autres qui l’accusent d’abus sexuels, il tente de conclure un accord financier.

« J’ai l’impression qu’on m’a oublié », a-t-il expliqué au quotidien lors d’un entretien réalisé vendredi, au lendemain d’une lourde opération du dos, consécutive à un accident de la route, en août. « J’ai fait plus de films réalisés par des femmes et sur des femmes que n’importe quel producteur », a lancé l’ancien magnat hollywoodien, « et je parle d’il y a 30 ans. » « Je ne parle pas de maintenant, au moment où c’est à la mode », poursuit-il. « J’étais le premier ! J’étais le pionnier ! »

Le monde du cinéma aurait ainsi refusé de lui rendre justice, en plein bouleversement depuis la naissance des #MeToo et Time’s Up pour lutter contre le harcèlement et favoriser l’égalité hommes-femmes. Pour lui, « tout ça a été balayé à cause de ce qui s’est passé », à savoir les accusations de harcèlement ou d’agression sexuelle émanant de plus de 80 femmes. « Mon travail a été oublié ».

« Mieux payée que tous les hommes »

Des dizaines de témoignages présentent Harvey Weinstein comme un manipulateur, faisant miroiter à des actrices des opportunités professionnelles en échange de faveurs sexuelles. Plusieurs comédiennes célèbres, comme Angelina Jolie, Salma Hayek ou Gwyneth Paltrow, ont affirmé que le cocréateur des studios Miramax, puis The Weinstein Company, leur avait fait à chacune des avances, sans succès.

Nombreuses, parmi les actrices qui ont refusé ses avances, sont celles qui affirment que l’ex-tout puissant patron de studio a ensuite cherché à faire dérailler leur carrière. « En 2003, Gwyneth Paltrow a reçu 10 millions de dollars pour le film ‘View from the Top’ (’Hôtesse à tout prix’) », a souligné Harvey Weinstein, se présentant de nouveau en artisan du rééquilibrage hommes-femmes à Hollywood. « C’était l’actrice la mieux payée de tout le cinéma indépendant (hors studios majeurs) », a-t-il affirmé. « Mieux payée que tous les hommes ».

Interrogé par le New York Post, le New-Yorkais a refusé de s’exprimer sur les accusations dont il est l’objet. Selon le New York Post, l’ex-producteur de 67 ans est sorti de l’hôpital dimanche. Mercredi, lors d’une audience préliminaire à son procès, il avait assuré, par la voix de ses avocats, que l’intervention n’empêcherait pas sa présence à l’ouverture de son procès prévue à New York le 6 janvier.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Quatre heures et cinq minutes
: c’est la durée du rapport que Joachim Coens (CD&V) et Georges-Louis Bouchez (MR) ont fait au roi Philippe mardi après-midi. © Belga.

    Négociations fédérales: ultime pression sur le PS pour se lancer avec la N-VA

  2. La connivence entre Trump et Netanyahou s’est affichée mardi à Washington.

    Proche-Orient: le plan «de paix» de Trump comble Netanyahou d’aise

  3. © Belga.

    Comment concrètement reconnaître Delphine? Nouveau désaccord…

La chronique
  • Chez les Britanniques, le départ d’Harry et Meghan anime plus que le Brexit

    Par Marc Roche

    Il y a en ce moment au 10 Downing Street un homme épanoui. Boris Johnson arbore l’air réjoui et apaisé de celui à qui Dame Fortune rend enfin belle et bonne justice après lui avoir fait si longtemps antichambre. Le Premier ministre irradie littéralement de plaisir. On le comprend. Lui qui a toujours abhorré la construction européenne se retrouve au centre de la fête du départ officiel de l’Union européenne prévu pour le 31 janvier.

    Mais quelle fête au juste ? A part une toute nouvelle pièce de monnaie de 50 pence commémorant l’événement, le largage des amarres passe inaperçu. La reprise de la course solitaire au grand large succédant à plus de quatre décennies d’arrimage au Vieux continent ne donne lieu à aucune célébration populaire. Ni feu d’artifice, ni street parties. Le début d’une ère nouvelle est marqué dans l’indifférence générale des sujets de Sa Majesté.

    Un...

    Lire la suite

  • Par Béatrice Delvaux Editorialiste en chef

    Delphine Boël reconnue par Albert II: ainsi soit-elle!

    Delphine Boël est la fille du roi Albert II. La belle affaire ! Il n’y avait plus que le roi pour le nier. Contre l’évidence – son comportement passé envers cette petite fille, sa propre connaissance des liens qui l’unissaient à elle – et contre toute sagesse. Mais surtout contre tout respect pour son enfant. Et c’est là toute la disgrâce de cette histoire.

    Aujourd’hui, Albert II déclare dans un communiqué qu’il veut mettre un terme « dans l’honneur et la dignité » à cette « ...

    Lire la suite