Les Belges de plus en plus stressés au travail

Quelque 45 % des travailleurs se disent stressés au travail, contre 30 % en 2012, selon une étude réalisée auprès de salariés bruxellois et wallons par Solidaris publiée lundi. Pour la mutualité socialiste, cette problématique constitue un enjeu essentiel de santé publique et son impact sur la santé physique et mentale ne peut être nié.

Solidaris avait déjà mené une première étude sur le stress au travail il y a sept ans. Depuis lors, la part des travailleurs se disant stressés fréquemment ou très fréquemment est en nette augmentation. Elle est passée de 30 % en 2012 à 45 % en 2019. Ce sont davantage les femmes (48 %) que les hommes (42 %) qui expliquent cette hausse alors qu’en 2012, on notait peu d’écart entre les deux genres.

Il en ressort aussi que plus on vieillit, plus le niveau de stress augmente. Ainsi, en 2019, près de 60 % des travailleurs de plus de 50 ans sont souvent stressés (contre 33 % pour les 18/25 ans). Les familles monoparentales, les personnes seules et les diplômés du primaire ou secondaire inférieur voient, pour leur part, leur niveau de stress dépasser les 50 %. Pour trois quarts des travailleurs belges francophones, la situation ne s’améliorera pas dans les sept ans à venir. Elle sera stable pour 38 % et s’aggravera encore pour 37 %.

De nombreux bouleversements pour les plus âgés

D’après la mutualité socialiste, plusieurs mutations profondes sont apparues et affectent le rapport au travail et donc le stress au travail. Les plus jeunes ont ainsi développé un autre rapport au travail (en lien avec un contexte très instable) et des attentes certainement très différentes de leurs aînés (travail qui n’est plus forcément un objectif de vie mais un moyen), analyse-t-elle. Les plus âgés doivent, eux, faire face à de nombreux bouleversements, comme la numérisation, s’adapter et travailler toujours plus tard, avec le recul de l’âge de départ en pension.

Les femmes ne bénéficient par ailleurs pas encore d’une égalité dans la prise en charge du quotidien et ont dès lors de plus grandes difficultés encore à combiner la vie familiale et la vie professionnelle. Ce qui est fortement générateur de stress, estime Solidaris.

Pour Solidaris, il faut que les politiques prennent la mesure de ces résultats et de leur évolution « très inquiétante ». « Ces constats ne sont pas sans lien avec une politique qui prône des ’jobs jobs jobs’ et une grande flexibilité au lieu d’un ’emploi’ qui offre une rémunération correcte, qui prend en compte les problématiques familiales que rencontrent bon nombre de travailleurs (enfants en bas âge, parents qui vieillissent, etc.), dans des entreprises qui ne visent pas que la maximisation du profit (pour les actionnaires) à tout prix ou qui ne poussent pas à la compétition entre les individus. »

Sur le même sujet
Politique
 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Quatre heures et cinq minutes
: c’est la durée du rapport que Joachim Coens (CD&V) et Georges-Louis Bouchez (MR) ont fait au roi Philippe mardi après-midi. © Belga.

    Négociations fédérales: ultime pression sur le PS pour se lancer avec la N-VA

  2. La connivence entre Trump et Netanyahou s’est affichée mardi à Washington.

    Proche-Orient: le plan «de paix» de Trump comble Netanyahou d’aise

  3. Il y a trois grands émetteurs de titres-repas sur le marché belge 
: Sodexo, Edenred et Monizze.

    Le nombre de bénéficiaires de chèques-repas en hausse de 20% en cinq ans

La chronique
  • Chez les Britanniques, le départ d’Harry et Meghan anime plus que le Brexit

    Par Marc Roche

    Il y a en ce moment au 10 Downing Street un homme épanoui. Boris Johnson arbore l’air réjoui et apaisé de celui à qui Dame Fortune rend enfin belle et bonne justice après lui avoir fait si longtemps antichambre. Le Premier ministre irradie littéralement de plaisir. On le comprend. Lui qui a toujours abhorré la construction européenne se retrouve au centre de la fête du départ officiel de l’Union européenne prévu pour le 31 janvier.

    Mais quelle fête au juste ? A part une toute nouvelle pièce de monnaie de 50 pence commémorant l’événement, le largage des amarres passe inaperçu. La reprise de la course solitaire au grand large succédant à plus de quatre décennies d’arrimage au Vieux continent ne donne lieu à aucune célébration populaire. Ni feu d’artifice, ni street parties. Le début d’une ère nouvelle est marqué dans l’indifférence générale des sujets de Sa Majesté.

    Un...

    Lire la suite

  • «L’accord du siècle» au Proche-Orient: Trump au chevet de Netanyahou

    Donald Trump a enfin rendu public ce 28 janvier son « deal of the century » (accord du siècle) censé mettre fin au conflit israélo-palestinien. Les fuites n’avaient pas manqué et elles insinuaient que le beau-fils du président US, Jared Kushner, chargé de concocter ce plan, avait pris le parti de favoriser jusqu’à la caricature les options chères au Premier ministre israélien sortant, Binyamin Netanyahou. Question d’affinités. La divulgation des clauses du plan confirme ce pressentiment.

    ...

    Lire la suite