Accueil Économie Mobilité

Grève sur le rail du 19 décembre: il y a un peu de marge pour négocier, mais après et pas beaucoup

La grève de 24 h est inévitable mais le dialogue social peut reprendre après, plaide HR-Rail. En précisant que les marges à négocier existent mais sont limitées.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Economie Temps de lecture: 3 min

Ce mercredi à 22h débutera une grève de 24h sur le rail soutenue par les syndicats socialiste (CGSP-Cheminots), libéral (SLFP) et indépendant (SIC). Depuis des mois, direction de la SNCB (les trains), d’Infrabel (le réseau) et de HR-Rail (le secrétariat social unifié des deux précédents) échouent à élaborer avec les syndicats l’accord social qui doit régir leurs relations entre 2020 et 2022. La grève est aujourd’hui devenue inévitable, reste juste à voir dans quelle mesure un service minimum garanti pourra être proposé aux navetteurs. Le personnel a dû déclarer son intention de participer ou pas à la grève et les directions doivent dévoiler, ce mardi soir, les services qu’elles comptent assurer jeudi. Mais après cette démonstration de rapport de force, les discussions pourraient reprendre. Sur quoi ?

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

2 Commentaires

  • Posté par SORET DANIEL, mercredi 18 décembre 2019, 23:23

    Ces grèves sont des leurres ! En effet, il faut savoir ( mais ici on se tait dans toutes les langues) qu'il suffit qu'une toute petite minorité fasse grève pour bloquer tout le réseau : les conducteurs, par exemple.... Très facile dès lors pour tous les cheminots de déclarer "qu'ils n'ont pas pu travailler" et bien sûr d'empocher leurs salaires ! Trop facile cette pseudo solidarité ! Souvenez-vous des grèves organisées par le corps enseignant.... Quelques volontaires se déclaraient solidaires et des " piquets" empêchaient les entrées dans les établissements scolaires : la majorité des enseignants déclarait alose être "empêchée de travailler" et touchait donc sa rémunération sans perdre le moindre centime. Facile aussi de bloquer l'économie d'un pays en prenant en otage ses travailleurs dont certains ont eux réellement besoin de leur travail , eux ! car, les privileges... ils ne connaissent vraiment pas...

  • Posté par MARCHAL Guy, mardi 17 décembre 2019, 11:38

    Quid pour les gens qui n'ont pas de liaison internet ni de smartphone. discrimination ????

Aussi en Mobilité

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs