Accueil Culture Scènes

Alexandre Trocki la force tranquille

Ce stradivarius de la scène belge joue « Une veillée » sur un thème, l’absence, qui le touche de près.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 3 min

Le théâtre belge ne compte pas vraiment de stars. Est-ce de la modestie ou un déficit de fierté culturel ? On n’a pas encore tranché. En tout cas, si la Belgique francophone cherchait des emblèmes de son savoir-faire théâtral, Alexandre Trocki se hisserait dans le haut du panier. Voilà trente ans que cet acteur à la fois solaire et ténébreux promène sa voix de basse, son jeu tout en intériorité et sa dégaine de timide sauvage sur les planches. Ne surtout pas se fier à sa nature discrète : sur scène, l’animal vous remue à plus de 8 sur l’échelle de Richter ! Pourtant, rien ne prédisposait le bonhomme, né dans une famille de petits commerçants, italiens par sa mère et polonais par son père, à devenir acteur.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Scènes

«Dressing room»: un spectacle où le viol se dénude

Étonnant «  Dressing Room » que cette pièce de François Emmanuel où l’on enfile les fringues en même temps que l’on déshabille la vérité. Marie Bos y est bluffante en reine de cœur bernée par des hommes au sourire de Joker dans une partie de strip-poker où les carrés virent à la curée.

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs