Les amendes en matière de propreté publique beaucoup plus élevées à Bruxelles

Photo d’illustration
Photo d’illustration - AVPRESS

Le conseil communal de la Ville de Bruxelles a donné lundi son feu vert, à une très large majorité à l’augmentation des amendes administratives prévues pour une série d’actes de malpropreté.

Le conseil communal de la Ville de Bruxelles a décidé de sanctionner le dépôt clandestin (meubles…) à 500€/m3 (250 en 2019). L’urine sauvage sera sanctionnée à 250€ par acte (100 actuellement). Le jet de cannette et la déjection canine passent de 100 à 200€/acte. L’affichage non autorisé sera sanctionné à 100€/m2 (50 actuellement). Les tags et les graffitis seront verbalisés à hauteur de 500€/m2 (150 actuellement).

Des déchets qui coutent cher

L’échevine de la Propreté publique, Zoubida Jellab (Ecolo) a justifié la hausse par le coût que représente pour l’ensemble des Bruxellois respectueux de la propreté, la collecte de près de 10.000 tonnes de déchets par an par les services de la Ville et le travail que nécessite pour les agents de la propreté, le nettoyage des salissures dues aux actes de malpropreté.

Selon elle, en 2019, près de 7.000 procès-verbaux ont été enregistrés pour salissures dont 1.941 dépôts clandestins, 813 affichages sauvages ou encore 373 souillures diverses.

« L’objectif n’est pas de remplir les caisses de la Ville. C’est un signal fort que je souhaite envoyer aux contrevenants. Je veux responsabiliser tous les usagers de la Ville (habitants, usagers, institutions, bureaux, commerces…). Nous espérons bien au contraire appliquer de moins en moins ce règlement et que la Ville de Bruxelles devienne exemplaire en matière de propreté publique », a ajouté Zoubida Jellab.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. © Arnaud De Cremer

    Mobilité: rouler en voiture aux heures de pointe à Bruxelles coûtera (encore) plus cher

  2. Image=d-20160526-G7YUED_high

    Coronavirus: les médecins généralistes belges dénoncent un manque d’informations

  3. @AFP

    Ligue des champions: De Bruyne, le héros de Manchester City (vidéos)

La chronique
  • La fable du matoufé et du guacamole

    L’hiver est là et il nous donne une bonne raison de manger des plats que les diététiciens réprouvent. Vous connaissez sans doute le matoufé, cette omelette généreuse enrichie de lardons, de farine et de lait. Une préparation « émouvante par sa simplicité », s’en émerveille la Royale Confrérie du Matoufé de Marche-en-Famenne, où je suis né. Mon père m’en avait légué la recette un jour où il pensait sérieusement à sa postérité.

    Posés sur les tranches du pain croustillant tout juste sorti du four à bois de ma mère, ces œufs brouillés étaient une partie de mon « chez moi ». Avec le sanglier « qui a une longueur d’avance », l’eau ferrugineuse des pouhons célébrés par Guillaume Apollinaire et les anecdotes que mon père puisait dans son livre culte, Dure Ardenne, d’Arsène Soreil.

    J’ai parlé de ce plat, et je l’ai parfois même préparé, au gré de mes voyages. Il avait ce goût simple, rustique, rassurant, qui, dans toutes les cultures, évoque la chaleur du cocon familial, les grandes tablées après la moisson, le foot ou...

    Lire la suite