De plus en plus d’étudiants se droguent pendant la période d’examens

De plus en plus d’étudiants se droguent pendant la période d’examens
Tim Gouw, Unsplash

Ingérer des médicaments stimulants pour se concentrer pendant le blocus n’est pas une bonne idée, du moins quand ils n’ont pas été prescrits par un médecin : ils peuvent entraîner de nombreux effets indésirables, met en garde l’Agence fédérale des médicaments et des produits de santé (AFMPS). D’après l’organisme, interrogé lundi par VTM Nieuws, de plus en plus d’étudiants achètent du modafinil sur internet, sans prescription et sans mesurer les risques.

L’AFMPS a mené une enquête qui montre que 5 % des étudiants universitaires francophones ingèrent des médicaments stimulants dans l’espoir d’améliorer leurs performances, sans prescription.

Parmi les 12.144 étudiants universitaires interrogés en 2018, 8 % ont indiqué avoir déjà pris des médicaments stimulants, dont deux tiers sans qu’il soit question de traitement médical. Les hommes sont deux fois plus nombreux que les femmes à en avoir consommé (10 %, contre 5 %).

« Les amis ou connaissances étaient la principale source d’approvisionnement de stimulants à usage non médical. Cela semble indiquer que certains patients qui sont traités médicalement partageraient leurs médicaments. Par ailleurs, 9 % des utilisateurs non médicaux ont obtenu des médicaments via le circuit illégal sur internet », observe l’agence chargée de veiller à la sécurité des produits de santé.

Ces médicaments, commercialisés en Belgique sont conçus pour les troubles de l’attention et/ou la narcolepsie.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • neuracle

    Par Rafa de Miguel (El País)

    Lena

    «Se demander si un cerveau est masculin ou féminin n’a aucun sens»

  • Foto_elvira_expresso_2011_pequena_36

    Par Javier Martin del Barrio (El País)

    Lena

    Elvira Fortunato, la scientifique portugaise qui a créé la micropuce en papier

  • L’île Eagle le 4 février (à gauche) et le 13 février.

    Par Tomasz Ulanowski (Gazeta Wyborcza)

    Lena

    La fonte fulgurante des glaces de l’Antarctique

 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. La vigilance s’impose avant l’achat d’un bien pour ne pas être dépassé par des coûts imprévus.

    Vices cachés: l’acheteur démuni face aux mauvaises surprises

  2. John Lelangue pose à côté de la voiture Molteni, «
qui était souvent à la maison
» quand il était plus jeune.

    Les managers du cyclisme belge: John Lelangue est tombé dedans quand il était petit

  3. C’est en 2013, sous la direction de Mickael Coedel, que Mr Hublot le comptable vieux garçon qui n’a jamais mis le nez hors de chez lui, s’est finalement animé.

    Festival Anima: le «Frenchie» de l’animation américaine

La chronique
  • La fable du matoufé et du guacamole

    L’hiver est là et il nous donne une bonne raison de manger des plats que les diététiciens réprouvent. Vous connaissez sans doute le matoufé, cette omelette généreuse enrichie de lardons, de farine et de lait. Une préparation « émouvante par sa simplicité », s’en émerveille la Royale Confrérie du Matoufé de Marche-en-Famenne, où je suis né. Mon père m’en avait légué la recette un jour où il pensait sérieusement à sa postérité.

    Posés sur les tranches du pain croustillant tout juste sorti du four à bois de ma mère, ces œufs brouillés étaient une partie de mon « chez moi ». Avec le sanglier « qui a une longueur d’avance », l’eau ferrugineuse des pouhons célébrés par Guillaume Apollinaire et les anecdotes que mon père puisait dans son livre culte, Dure Ardenne, d’Arsène Soreil.

    J’ai parlé de ce plat, et je l’ai parfois même préparé, au gré de mes voyages. Il avait ce goût simple, rustique, rassurant, qui, dans toutes les cultures, évoque la chaleur du cocon familial, les grandes tablées après la moisson, le foot ou...

    Lire la suite