Des enquêteurs de la police fédérale doivent avancer eux-mêmes leur vignette pour se rendre dans des zones de basse émission

Des enquêteurs de la police fédérale doivent avancer eux-mêmes leur vignette pour se rendre dans des zones de basse émission
Photo News

Des enquêteurs de la police fédérale qui se rendent dans une zone basse émission (LEZ) avec leur voiture âgée et donc plus polluante doivent avancer le prix de la vignette pour y circuler. Ils doivent parfois attendre plus d’un an pour être remboursé, indiquent mardi les journaux Het Laatste Nieuws et De Morgen.

Des zones de basse émission (LEZ) sont d’application à Bruxelles et Anvers et Gand suivra le 1er janvier. Des vignettes quotidiennes pour les véhicules les plus polluants coûtent de 10 à 35 euros par jour et sont valables aussi pour la police. Les enquêteurs qui ne s’acquittent pas du forfait journalier risquent une amende de 350 euros.

Ces enquêteurs doivent avancer le prix du forfait et sont remboursés plus tard, parfois un an après. « Hallucinant », selon Florent Platteeuw, enquêteur de la police judiciaire fédérale et président provincial du syndicat VSOA (SLFP) à Furnes. Selon lui, 200 voitures anonymes de la police sont trop polluantes pour les LEZ.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous