Des enquêteurs de la police fédérale doivent avancer eux-mêmes leur vignette pour se rendre dans des zones de basse émission

Des enquêteurs de la police fédérale doivent avancer eux-mêmes leur vignette pour se rendre dans des zones de basse émission
Photo News

Des enquêteurs de la police fédérale qui se rendent dans une zone basse émission (LEZ) avec leur voiture âgée et donc plus polluante doivent avancer le prix de la vignette pour y circuler. Ils doivent parfois attendre plus d’un an pour être remboursé, indiquent mardi les journaux Het Laatste Nieuws et De Morgen.

Des zones de basse émission (LEZ) sont d’application à Bruxelles et Anvers et Gand suivra le 1er janvier. Des vignettes quotidiennes pour les véhicules les plus polluants coûtent de 10 à 35 euros par jour et sont valables aussi pour la police. Les enquêteurs qui ne s’acquittent pas du forfait journalier risquent une amende de 350 euros.

Ces enquêteurs doivent avancer le prix du forfait et sont remboursés plus tard, parfois un an après. « Hallucinant », selon Florent Platteeuw, enquêteur de la police judiciaire fédérale et président provincial du syndicat VSOA (SLFP) à Furnes. Selon lui, 200 voitures anonymes de la police sont trop polluantes pour les LEZ.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. La vigilance s’impose avant l’achat d’un bien pour ne pas être dépassé par des coûts imprévus.

    Vices cachés: l’acheteur démuni face aux mauvaises surprises

  2. John Lelangue pose à côté de la voiture Molteni, «
qui était souvent à la maison
» quand il était plus jeune.

    Les managers du cyclisme belge: John Lelangue est tombé dedans quand il était petit

  3. C’est en 2013, sous la direction de Mickael Coedel, que Mr Hublot le comptable vieux garçon qui n’a jamais mis le nez hors de chez lui, s’est finalement animé.

    Festival Anima: le «Frenchie» de l’animation américaine

La chronique
  • La fable du matoufé et du guacamole

    L’hiver est là et il nous donne une bonne raison de manger des plats que les diététiciens réprouvent. Vous connaissez sans doute le matoufé, cette omelette généreuse enrichie de lardons, de farine et de lait. Une préparation « émouvante par sa simplicité », s’en émerveille la Royale Confrérie du Matoufé de Marche-en-Famenne, où je suis né. Mon père m’en avait légué la recette un jour où il pensait sérieusement à sa postérité.

    Posés sur les tranches du pain croustillant tout juste sorti du four à bois de ma mère, ces œufs brouillés étaient une partie de mon « chez moi ». Avec le sanglier « qui a une longueur d’avance », l’eau ferrugineuse des pouhons célébrés par Guillaume Apollinaire et les anecdotes que mon père puisait dans son livre culte, Dure Ardenne, d’Arsène Soreil.

    J’ai parlé de ce plat, et je l’ai parfois même préparé, au gré de mes voyages. Il avait ce goût simple, rustique, rassurant, qui, dans toutes les cultures, évoque la chaleur du cocon familial, les grandes tablées après la moisson, le foot ou...

    Lire la suite