La proposition de loi avortement en deuxième lecture vendredi

La proposition de loi avortement en deuxième lecture vendredi
Belga

Ce mardi, en commission justice, les députés ont décidé de se réunir exceptionnellement vendredi (il n’y a pas de commission le vendredi, normalement) pour la deuxième lecture de la proposition de loi sur l’avortement. C’est le CD&V qui avait demandé une nouvelle lecture de ce texte après le vote de la commission fin novembre. Le texte aurait dû passer en seconde lecture ce mardi, mais un « bug informatique » en a décidé autrement. Les signataires du texte visant à élargir les conditions d’accès à l’IVG (de 12 à 18 semaines de grossesse, soit 4,5 mois) soutenaient la tenue de cette séance juste avant les vacances parlementaires, tandis que le CD&V, la NVA et le Vlaams Belang ne voyaient pas « l’urgence ». Par 8 voix contre six (et une abstention), il a donc été décidé de fixer cette commission vendredi, à 10h15. Il pourrait y avoir vote en deuxième lecture, même si les opposants à l’élargissement de l’IVG vont sans doute déposer des amendements et faire traîner les débats.

Une fois le texte voté en deuxième lecture en commission justice, il passera en plénière, en janvier. Où un avis au conseil d’Etat devrait être demandé : il faut en effet 50 députés pour introduire cette requête. Les élus NVA, Vlaams Belang et CD&V font le compte.

En attendant, les négociations fédérales se poursuivent. Les chrétiens démocrates flamands exigent que les matières éthiques soient fixées dans un éventuel accord de gouvernement. Paul Magnette a ouvert la porte. Mais le MR, lui, la referme. Denis Ducarme l’a en effet déclaré lundi sur l’antenne de LN24 et nous l’a confirmé ce matin : les libéraux n’accepteront pas que les matières éthiques soient verrouillées pour cinq ans via un accord.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous