«Le traître», un épatant moment cinéma: nos critiques des sorties

«
Le traître
».
« Le traître ».

Star Wars : L’ascension de Skywalker (J. J. Abrams)

Un film spectaculaire où les décors sont encore une fois somptueux, où l’émotion est au rendez-vous, où l’humour ne dédramatise pas systématiquement comme ça a déjà pu être le cas par le passé, où le « fan service » est assuré. Et surtout, où des réponses satisfaisantes et logiques sont apportées aux questions essentielles.

Notre Dame (Valérie Donzelli)

Un objet singulier poétique et politique, une fable fantaisiste, absurde, acidulée. Une comédie baignée de folie douce. Valérie Donzelli retrouve sa meilleure veine et déploie une énergie tonique et rafraîchissante. Une échappée urbaine insolite et réjouissante dans un Paris fantasmé, comme un arc-en-ciel dans la programmation ciné de cette fin d’année.

Le traître (Marco Bellocchio)

Grande oubliée cannoise lors du dernier festival, une fresque magistrale sur la mafia sicilienne. Le grand cinéaste italien éclaire magistralement un pan sanglant de l’histoire de l’Italie moderne. Un épatant moment cinéma.

Out sealing horses (Hans Petter Molland)

Il s’y dégage une atmosphère, une intimité et une poésie qui nous transportent littéralement. Une histoire simple, touchante et joliment humaine.

Zénon, l’insoumis (Françoise Lévie)

Françoise Lévie s’empare de cette figure fictive de L’œuvre au noir de Marguerite Yourcenar, incarnée par Gian Maria Volonté, dans l’adaptation d’André Delvaux, pour la confronter à nos temps incertains, nous émanciper des dogmes et nous rendre notre libre arbitre. Cela donne envie de relire le roman et de revoir le film.

Toutes les séances sur notre site cinenews

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous