Accueil Économie

Quand la RTBF ne déclare pas le vrai salaire de son patron

Jean-Paul Philippot a touché 375.000 euros en 2018. C’est 50.000 de plus qu’annoncé par la RTBF dans son rapport annuel. On est loin des 245.000 euros de plafond théorique.

Article réservé aux abonnés
Chef du service Enquêtes Temps de lecture: 5 min

La RTBF, comme toute société publique qui dépend de la Communauté française, est soumise au décret dit « transparence », voté en 2003. Celui-ci impose notamment que « la rémunération du fonctionnaire dirigeant » soit publiée chaque année dans le rapport d’activités. A la RTBF, ce fonctionnaire dirigeant n’est autre que Jean-Paul Philippot (on l’appelle « administrateur général », là-bas). Il est donc contraint, chaque année, de publier sa rémunération.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

26 Commentaires

  • Posté par Hans José, mercredi 18 décembre 2019, 16:52

    Plafonner le salaire d'un haut dirigeant à 20.000 € brut par mois, soit moins de 10.000 € net est risible. Un mois de travail à ce niveau de responsabilité, c'est facilement 250 heures de prestations, soit 40 € l'heure ! Si un directeur général se satisfait d'un tel salaire, alors on peut vraiment douter de ses compétences.

  • Posté par Delpierre Bernard, mercredi 18 décembre 2019, 17:49

    Sur le nombre d'heures , le chiffre semble correct pour autant qu'y soient inclues les heures de transfert au bureau avec chauffeur permettant de lire le courrier, les cocktails dînatoires, les discussions sur un parcours de golf, etc.. Quant à la rémunération, en quoi faut-il des écarts baremiques monstrueux comme aux USA alors que sous Roosevelt le taux marginal était de 90% sans que l'on crie au bolchevisme et avec des dirigeants performants..

  • Posté par De Ronde Michel, mercredi 18 décembre 2019, 10:50

    "J'en ai marre des parvenus. Il n'y a pas de place pour les parvenus au Parti socialiste" disait en octobre 2005 Elio Di Rupo, alors victime d'un coup de blues. Puis en janvier 2015, c'était au tour de son cœur, pas moins, à se mettre à saigner. Son cœur saigne encore toujours. Les nouveaux riches du PS, eux, continuent à péter de santé.

  • Posté par Ballez Guy, mercredi 18 décembre 2019, 9:57

    Et sa compagne, Laurence Bovy patronne de Vivaqua. On ne doit pas avoir trop de mal à nouer les deux bouts dans la famille. La politique nourrit bien ses enfants surtout lorsqu'on est du bon bord.

  • Posté par Lambert Charles, mercredi 18 décembre 2019, 9:50

    Normalement, un patron fixe le salaire de ses employés. Ici, c'est l'inverse, l'employé décide du montant de sa rémunération et de divers avantages en déniant à son employeur (nous, les "citoyens - contribuables") le moindre droit de regard. Le monde à l'envers! Quand il s'agit de membres du PS, c'est d'autant plus indigeste. Il n'y a que moi que ça chagrine, eux, ils dorment sur leurs deux oreilles!

Plus de commentaires

Aussi en Économie

Voir plus d'articles
La Une Le fil info Commentaires Partager

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs