Accueil Belgique Politique

2010, une crise très communautaire en Belgique

Cela fait 206 jours que l’on a voté. Et 365 que Charles Michel a remis sa démission au Roi. En 2010, à pareille étape, c’était aussi la crise. Pas la même…

Article réservé aux abonnés
Cheffe Bruxelles Temps de lecture: 7 min

Deux cent six jours ont passé depuis les élections. Deux mois et demi que sept partis discutent à la table du médiateur royal. Un socialiste. Auteur d’une vraie proposition. Les vacances d’hiver se terminent. L’avancée politique semble soudain aussi probable que la fève dans la galette des rois, une chance sur six, huit, douze.

Mais, en atterrissant à Zaventem au petit matin de l’Epiphanie 2011, le froid règne. Sur la piste et dans les kiosques. « Le CD&V et la N-VA ont osé, ils ont dit neen. » Soupir, détrôner l’Irak, détenteur du record mondial de la plus longue période sans gouvernement, n’a plus rien d’inaccessible. Retour à la case départ, celle du lendemain des élections ? Non ! Parce qu’en un peu plus de six mois, les sept formations politiques n’ont pas fait que se renifler, elles ont discuté de fond.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Politique

Voir plus d'articles
La Une Le fil info Commentaires Partager

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs