Accueil Opinions Chroniques

Joachim Coens, le président au paletot à carreaux qui ne veut pas être un second couteau

L’ex-patron du port de Zeebruges est aujourd’hui président du CD&V et informateur royal. Il n’incarne pas vraiment le renouveau à la tête de son parti, contrairement à d’autres formations comme le Vlaams Belang, le SP.A ou le MR.

Article réservé aux abonnés
Chroniqueur Temps de lecture: 6 min

L’anecdote vient de l’ancien président du CD&V, Wouter Beke. Lors de la signature de la sixième réforme de l’Etat, le roi Albert accueillait tous les présidents de parti. Benoît Lutgen est reçu avec la simple question : « Et comment va votre père ? ». Alexander De Croo, à ce moment président de L’Open VLD, reçoit la même question, ainsi que Charles Michel. Mais Wouter Beke est accueilli avec une question sur un des dossiers constitutionnels. Il répond par la simple question : « Sire, avez-vous quelque chose contre mon père ? ». La politique belge a souvent l’air d’une affaire de famille : les fils et les filles succèdent à leur père ou mère dans l’activité politique.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Chroniques

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs