UCB va investir 300 millions sur son site de Braine-l’Alleud

Les travaux de la nouvelle usine devraient débuter durant le premier trimestre 2020.
Les travaux de la nouvelle usine devraient débuter durant le premier trimestre 2020. - D.R.

C’est Noël avant l’heure pour le site d’UCB à Braine-l’Alleud qui emploie 1.800 personnes. Le groupe pharmaceutique belge a annoncé son intention d’y investir 300 millions d’euros pour ériger une usine de production biologique ultra-moderne. Les travaux devraient débuter durant le premier trimestre 2020. L’usine devrait être opérationnelle d’ici 2024 et devrait permettre la création de 150 emplois qualifiés.

Mutation

Cette nouvelle usine vise à accompagner UCB dans sa mutation. Pendant longtemps, l’entreprise a produit des médicaments à base de petites molécules chimiques. Depuis une quinzaine d’années, elle s’est orientée vers les produits biologiques (les anticorps monoclonaux), c’est-à-dire des grosses molécules qui nécessitent des processus de production tout à fait différents. Plusieurs médicaments actuellement en phase clinique arriveront sur le marché dans les années à venir à commencer par le Bimekizumab (lutte contre le psoriasis) qui a passé le cap de la phase 3.

Pour produire ces anticorps monoclonaux, UCB a besoin d’une nouvelle usine, à côté de celle de Bulle en Suisse. « Une grosse partie de la production mondiale de ces nouveaux médicaments devrait être réalisée dans cette nouvelle usine », nous indique Laurent Schots, porte-parole d’UCB. Elle sera mutli-plateforme, c’est-à-dire capable de produire différents types de médicaments.

Cet investissement de taille pérennise le site de Braine qui a connu des heures sombres en 2008 et 2009 avec le départ de plus de 500 travailleurs suite à deux plans sociaux consécutifs. Il a fallu entièrement reconvertir ce site qui n’était plus compétitif parce qu’il était centré sur des produits à trop faible valeur ajoutée. UCB a depuis investi beaucoup d’argent pour le dépoussiérer et l’orienter vers la biotech. En 2009, l’entreprise a ainsi consacré 65 millions à la construction d’une usine biotech pilote qui permet de produire de petites séries de médicaments destinés aux essais cliniques. La construction de cette nouvelle usine vient couronner cette politique d’investissement et de redéploiement. Le site de Braine-l’Alleud sera le seul du groupe UCB à abriter à la fois des activités de recherche, de développement (bioplant) et de production.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. La menace est bien moins grave que d’autres maladies ou d’autres risques. La grippe saisonnière contamine bien plus de Belges que le coronavirus.

    Coronavirus: la Belgique évalue et se tient prête

  2. Entre 2.000 et 3.000 bovins sont vendus chaque semaine à Ciney.

    Le plus grand marché aux bestiaux du pays menacé de fermeture

  3. ballen 1

    Art: à la Centrale électrique, dans la tête de Roger Ballen

La chronique
  • La chronique de Véronique Lamquin: à Bruxelles, le Canal n’est pas une frontière

    Sur la carte, c’est un liseré bleu pâle, strié d’une vingtaine de traits plus ou moins gros. C’est qu’il y a des ponts qui charrient des bandes de circulation en mode entonnoir déversoir, comme Van Praet, d’autres qui ne supportent que des voies, de métro ou de train. Vingt traits d’union entre les deux rives, c’est peu, sur quatorze kilomètres… Sur la carte mentale de beaucoup de Bruxellois(es) c’est une frontière que l’on franchit par contrainte plus que par choix. Du moins dans un sens. Le passage vers l’ouest ne va pas de soi, dicté par un travail, un dîner, un concert, et non par réflexe. A l’inverse, la traversée vers l’est s’impose parce que le centre, c’est magnétique et que le sud, ça fait envie. Dans les discours, c’est une faille, avec tous les sens qui s’expriment. Une discontinuité qui s’est installée entre deux morceaux d’une même surface ; le point faible du propos urbain ; la cassure entre deux villes qui ne sont qu’une, Bruxelles.

    Cette ligne qui coupe la Région en deux, c’est le Canal – 60.000 personnes et 6,2 millions de tonnes de marchandises par an....

    Lire la suite

  • Coronavirus: un exercice de haute voltige

    L’épidémie de coronavirus est aussi une épidémie de questions qui restent sans réponse. D’où vient exactement la maladie ? Les autorités chinoises ont-elles tardé à la combattre ? Qui est le patient zéro à l’origine de son extension à l’Italie ? Et, surtout, sommes-nous vraiment prêts à affronter ce virus ?

    Deux mots caractérisent cette problématique : précaution et psychose.

    Devant l’urgence, le principe de précaution s’est imposé. Il...

    Lire la suite