Accueil Société

Maggie De Block veut renvoyer plus de demandeurs d’asile déboutés

« Nous allons devoir organiser davantage de retours forcés », a-t-elle affirmé lors de l’émission De Ochtend sur la VRT-radio.

Temps de lecture: 1 min

La ministre démissionnaire de l’Asile et de la Migration, Maggie De Block, s’est prononcée jeudi en faveur d’une augmentation des retours forcés de demandeurs d’asile s’ils sont déboutés du droit d’asile.

« Nous allons devoir organiser davantage de retours forcés », a-t-elle affirmé lors de l’émission De Ochtend sur la VRT-radio.

« Il s’agit d’un retour forcé, nous devons d’abord mettre ces gens dans des centres fermés. Cette capacité (d’accueil) devra certainement être accrue à l’avenir et elle doit aussi être utilisée de manière optimale », a ajouté la ministre Open VLD.

Selon des chiffres cités par la VRT, 33.386 demandeurs d’asile déboutés ont reçu l’an dernier un ordre de quitter le territoire de la part du Commissariat général aux réfugiés et aux apatrides (CGRA). Mais seules 7.399 personnes s’y sont pliées.

Mme De Block a insisté sur la nécessité de créer davantage de centres fermés pour les personnes en séjour illégal.

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

4 Commentaires

  • Posté par Bernard Jean-pierre, jeudi 19 décembre 2019, 17:13

    Ce qui est malheureux, c'est que l'on tolère la désobéissance dans notre état de droit ! Si une décision a été prise en parfait respect de nos lois et règlements, toute personne doit s'y soumettre. Point. Essayez de ne pas payer vos impôts ou vos amendes ! Les règles sont les mêmes pour tous. Et en ce qui concerne les pays d'origine, ils ont bien besoin de bras de ceux qui "veulent" travailler.

  • Posté par ladeuze olivier, jeudi 19 décembre 2019, 14:42

    difficile équilibre: donner un ordre de quitter le territoire en ne leur ouvrant aucun droit ni au travail ni au CPAS ni à la sécu est tellement moins couteux que de payer un billet d'avion pour le contribuable au final, ne pas rapatrier est un choix plus économique que de laisser aller. Après le brexit devra-t-on encore empêcher ces personnes de gagner l'angleterre ? Il y a pensé l'ami Boris ?

Plus de commentaires

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Geeko Voir les articles de Geeko