Accueil Monde

A Goma, la «génération Kabila»renie son idole d’hier

Le festival Amani a rassemblé 34.000 jeunes. Qui n’oublient leur ami Fred Bauma, emprisonné depuis 11 mois pour avoir animé une réunion avec des militants du Sénégal et du Burkina. Dans son exigence de moralité, la jeunesse de Goma inquiète le pouvoir

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Monde Temps de lecture: 6 min

Alors que la chanteuse nigériane Nneka clôturait le festival Amani, des ballons multicolores, légers comme des souffles, survolèrent la foule. «  Chanter pour la paix, danser pour le changement  » était le slogan de cette troisième édition d’un festival qui durant trois jours avait attiré au Nord-Kivu plus de 34.000 jeunes venus de tout l’est du Congo mais aussi des pays voisins, Rwanda et Burundi.

Sous les applaudissements, les ballons dansaient, portant un message muet «  Libérez Fred  ». Certes, les organisateurs, dont le Belge Eric de Lamotte, avaient explicitement banni la politique de l’enceinte du festival, mais comment juguler les pensées ?

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Monde

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs