Accueil Opinions Cartes blanches

«Non, l’argent public ne doit pas servir à condamner définitivement les enfants des Belges partis en Syrie mais bien à les sauver!»

L’Etat belge, déjà condamné, refuse toujours le rapatriement des enfants de Belges partis en Syrie. Au mépris de son devoir d’assistance humanitaire et au risque de voir ces enfants pris dans les idéologies les plus dangereuses, notre Etat préfère payer de lourdes astreintes quotidiennes. Ce gaspillage d’argent public doit cesser.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 5 min

La question du rapatriement des enfants de Belges partis en Syrie est un serpent sans fin depuis des années. Apparemment sans solution, l’Etat belge qui refuse le retour de 69 de ces derniers, aurait pu être condamné. En effet, le 26 décembre 2018, il se mettait gravement en porte-à-faux avec la justice en première instance puisqu’il avait été condamné pour notamment enfreindre la Convention Internationale des Droits de l’enfant et refuser de leur porter assistance. Les familles de ces mineurs eurent alors un semblant d’espoir qu’un plus grand nombre puisse être concerné. Alors que la moindre des humanités serait de considérer naturellement que ces jeunes ne sont responsables en rien des choix de leurs parents, le gouvernement lui ne veut rien entendre depuis un an. Il était demandé lors de cette décision de justice de prendre toutes les mesures nécessaires et possibles pour commencer par rapatrier déjà deux mamans accompagnées de leurs enfants en toute sécurité dans le pays.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Cartes blanches

Carte blanche Si les voyages forment la jeunesse, toute la jeunesse doit pouvoir en bénéficier

Un élève sur vingt en primaire ne peut pas participer aux voyages scolaires que son école organise à cause de leur coût, et en secondaire, c’est un sur dix. Les signataires appellent à des balises équilibrées, qui garantissent l’organisation de plusieurs séjours de qualité pédagogique, et permettent à tous les élèves, en particulier ceux dont les familles sont en difficulté financière, d’y participer.

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs