Accueil Monde Union européenne

Discours du Trône: Boris Johnson veut satisfaire son nouvel électorat

Répondant au discours du Trône de la Reine, Boris Johnson a beaucoup insisté sur sa volonté de sortir de l’Union européenne le 31 janvier prochain. Il a promis de se concentrer sur les grands chantiers chers à son nouvel électorat.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 4 min

Le Premier ministre britannique, Boris Johnson, est à l’image des oiseaux bariolés chers à l’écrivain juif polonais Jerzy Kosinski que les paysans d’Ukraine peignaient de couleurs criardes avant de les relâcher. Seulement voilà, comme le montre le discours du Trône, prononcé le 19 décembre par la reine Elizabeth II devant les chambres réunies du Parlement, le chef de gouvernement tout auréolé de sa victoire électorale ressemble à un volatile à deux têtes qu’il ne montre jamais simultanément.

Réaliser le Brexit au 31 janvier 2020 : conforté par la légitimité électorale, l’hôte du 10 Downing Street s’est engagé à mettre en route sa grande promesse électorale destinée à satisfaire l’électorat populaire du nord, des Midlands et du pays de Galles qu’il a capturé au Parti travailliste.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

1 Commentaire

  • Posté par Bauduin Dominique, jeudi 19 décembre 2019, 22:37

    J'espère que les négociations EU-UK protègeront le marché unique, l'Euro, la libre circulation des biens et des personnes et tous les avantages qui en découlent! Les anglais n'ont jamais vraiment cru en l'Europe en n'étant ni dans l'Euro et ni dans Schengen. Il ne faudrait pas qu'ils profitent de l'EU à la carte, sans participer à l'effort européen et deviennent le cheval de Troie Américain et Chinois en EU.

Aussi en Union Européenne

Vaccins anti-covid: «Le fossé est trop grand, nous devons faire mieux, ensemble, rapidement. Mais comment?»

La réunion ministérielle entre l’UE et l’Union africaine, tenue mardi à Kigali, n’a pas permis de rapprocher les points de vue sur le front de l’inégalité criante pour l’accès aux vaccins contre le covid. Le partage est « beaucoup trop lent, beaucoup trop désorganisé », reconnaît Sophie Wilmès. Les Européens refusent toujours la levée des brevets.

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs