Accueil Belgique Politique

Négociations fédérales: les partis cafouillent, les informateurs piétinent, on ne sait plus qui veut quoi

Ce vendredi, le Roi devrait prolonger les informateurs. Aucune piste n’est définitivement fermée mais aucun scénario ne se dégage nettement. MR et PS sont chien et chat. La trêve de fin d’année sera-t-elle pacificatrice ?

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 5 min

Georges-Louis Bouchez (MR) et Joachim Coens (CD&V), les informateurs royaux, font rapport au roi ce vendredi à 11 heures. Sans pouvoir lui tenir de propos définitifs. Les déclarations en sens divers des derniers jours ont épaissi le brouillard tout autour. Mise au point.

1

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

19 Commentaires

  • Posté par Meersman Olivier, samedi 21 décembre 2019, 0:36

    Et si on faisait un référendum puisque certains partis tentent de gruger le choix des électeurs ? C'est déjà assez étonnant d'avoir laissé la main au parti qui n'arrive que troisième en terme de voix.

  • Posté par Lambert Guy, vendredi 20 décembre 2019, 16:31

    Franchement, j'ai de plus en plus de mal à comprendre la logique des partis ou celle des journalistes. Quand Mme Dubuisson et Mr Coppi écrivent: "Et pour qu’on ne reproche pas au CD&V de vendre son âme, il faudra aussi des accents orange bien visibles." Ils pourraient tout aussi bien écrire et relayer (car cela se dit aussi): " Et pour qu’on ne reproche pas au PS de vendre son âme, il faudra aussi des accents rouges bien visibles." Alors à quoi riment ces banalités que tous les partis peuvent annoncer, des platitudes qui prennent le citoyen pour un idiot, des positionnement qui ne servent qu'à torpiller ce qu'on pourrait construire. Quelle bêtise!

  • Posté par Meersman Olivier, samedi 21 décembre 2019, 0:37

    Vous savez, le journaliste ou l'éditorialiste qui n'oriente pas son article en fonction de son choix politique est une espèce qui a quasi disparue.

  • Posté par Bayens Remi, vendredi 20 décembre 2019, 12:57

    Notre pays a toujours fonctionné avec des compromis qui était devenu un art. Aujourd'hui cette faculté ne marche plus. Les discours se radicalisent et cela ne fonctionne plus. Il faut être champion se muscler: donc pas de compromis possibles. C'est xela qui nous conduit à note situation. Ceux qui continuent à croire à notre capacité de construire des compromis ne sont pas de vrais belges. Alors chacun se confine dans son coin. J'habite Bruxelles et je déplore la gestion de ma ville et de 'notre' région mais je me sens de moins en moins Bruxellois. Nous devenons étrangers dans notre ville. La politique du slogan a déjà fait des dégâts énormes. Cela suffit.

  • Posté par Meersman Olivier, samedi 21 décembre 2019, 0:39

    Raison pour laquelle beaucoup de Bruxellois quittent la capitale, le 'politique' bruxellois est à l'agonie.

Plus de commentaires

Aussi en Politique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs