Accueil Belgique Politique

Les informateurs excluent l’arc-en-ciel et la bourguignonne: «D’autres coalitions sont possibles» (vidéos)

Les informateurs, prolongés par le Roi jusqu’au 13 janvier, ont évoqué des possibilités de coalition « qui passeront par le centre ».

Temps de lecture: 3 min

Les informateurs royaux Georges-Louis Bouchez (MR) et Joachim Coens (CD&V) ont rencontré le Roi ce vendredi pour lui présenter un rapport « intermédiaire » de leur mission. Une prolongation du duo jusqu’au 13 janvier a été décidée par le souverain, indique le Palais royal. Face à l’enlisement, les deux informateurs ont décidé d’exclure l’alternative entre une coalition bourguignonne et une coalition arc-en-ciel.

Selon le duo, il est désormais temps « d’écarter les deux pistes qui reviennent le plus souvent : l’arc-en-ciel (socialistes, libéraux, écologistes et éventuellement le CD&V) et la bourguignonne (le PS, la N-VA et les libéraux). » « Ces coalitions n’offrent pas de stabilité suffisante et ne rassemblent pas », indiquent-ils ce vendredi lors d’une conférence de presse à la Chambre.

« Il est temps de sortir de cette dichotomie, comme si c’était la seule formule possible », explique Georges-Louis Bouchez. « La constellation de partis ne permet pas aujourd’hui de qualifier un gouvernement plutôt de droite ou plutôt de gauche », précise-t-il tout en affirmant que « la seule solution possible se situera au centre. »

Les deux informateurs, fraîchement élus présidents de leur parti, ont également dégagé cinq thématiques récurrentes à l’issue de leurs discussions avec les dix partis : « Il s’agit du déficit budgétaire, de la politique sociale, de l’emploi, de l’urgence climatique et de la justice. Ces thématiques nous permettent de déterminer les points de convergence entre les partis », expliquent-ils.

« La gravité de la situation »

Le nouveau président du MR a également appelé plusieurs politiciens « à faire preuve de retenue. » « Nous voulons insister sur la gravité de la situation. Il y a eu certaines attitudes qui ont compliqué les choses », a-t-il regretté. « Nous rappelons qu’il faut privilégier la recherche d’un résultat fort pour notre pays plutôt que de faire un spectacle de communication », avait déjà pointé le libéral il y a quelques jours.

Après leur désignation par le souverain le 10 décembre dernier, les deux nouveaux présidents de parti avaient assuré n’exclure aucune piste de coalition. Dans cette optique, ils ont tenté de remettre le PS et la N-VA autour de la table, alors que l’impossibilité d’une alliance entre ces deux partis semblait déjà avoir été actée. Malgré leurs efforts, le fossé entre les deux plus grandes formations du pays ne s’est toutefois pas amenuisé.

La conférence de presse en vidéos

Cinq thèmes dégagés

« Ni une coaltion arc-en-ciel, ni une bourgignonne »

La mission royale prolongée

Les informateurs demandent la discrétion

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

35 Commentaires

  • Posté par Guilleaume Robert, vendredi 20 décembre 2019, 18:45

    @ Van Obberghen Paul, Je ne dis pas que c’est simple; je dis que le PS et la NVA ne peuvent ou ne veulent gouverner ensemble, pour ne pas se mettre à dos leurs électeurs et ne pas les renvoyer vers leurs extrêmes respectives (PTB et VB). Toute coalition sur cette base est impossible. // Je ne dis pas que le CD&V est flamingant -ce qui serait un moindre mal-; je dis qu’il y a bien longtemps que ce parti a vendu son âme (*) contre le pouvoir et a perdu ce qui faisait la grandeur de la Démocratie Chrétienne. Et je me suis sans doute mal exprimé, mais à mes yeux, ce que le CD&V ne voulait pas, c’’était négocier puis monter au fédéral sur base de la note Magnette, ce que l’opposition flamande n’aurait pas manqué de lui rappeler à chaque instant (« la bouillie Arc-en-Ciel »). Ça ne remet pas en cause la coalition que j’évoque.// Ce que je n’ai pas dit - mais il n’est pas trop tard-, c’est que l’Open VLD était partant si le CD&V l’avait suivi. De nombreux membres de ces deux partis digèrent mal d’être les otages d’un parti (la NVA) lui-même menacé par le VB. Monter au fédéral sans la NVA, c’est peut-être se donner la chance de démontrer qu’elle n’est pas définitivement incontournable. // Je dis par ailleurs, que lorsque Charles Michel, pour satisfaire ses ambitions personnelles et un fantasme familial, a vendu (*) les valeurs libérales (et les Francophones en prime), il a fait exploser ce principe de symétrie dont vous faites état. // Je dis enfin qu’un parti dont le core-business est la fin du Pays, a beau être le plus important de Belgique, tant qu’il n’a pas convaincu 50,01 % des électeurs ou un nombre significatif de partis, Il reste peu fréquentable pour les autres. // (*) Si Je ne parle pas ici des valeurs qu’auraient vendues les Socialistes ou les Ecologistes, c’est que ça fait 5 ans ou plus qu’ils sont hors-jeu.

  • Posté par Petitjean Marie-rose, vendredi 20 décembre 2019, 21:33

    Robert, votre mise au point est bienvenue, refusant la manipulation, la transformation de votre commentaire.

  • Posté par Debrabander Jean, vendredi 20 décembre 2019, 16:55

    Tous disent qu'il y a urgence et ils n'arrêtent pas de tourner en rond ou même de faire marche arrière. Il fallait d'abord (selon les Flamands) associer NVA et PS. Pas possible. Magnette essaie un arc en-ciel élargi. L'open VLD (en partie) et le CD&V rechignent. Après 15 jours de travail, nos deux compères ont découvert la possibilité d'autres coalitions. Bravo ! Savent-ils seulement compter ? Passer par le centre ? En admettant que le CDH et le CD&V soient des partis du centre, ajoutons-y Défi, cela fait 19 députés. Alors, pour l'équilibre, un coup à gauche (PS et SPA -29-), un coup à droite (MR et VLD -26-), caramba, encore raté : 74 députés. Tant qu'à élucubrer, on peut penser aux six partis des gouvernements régionaux, 96 députés, quelle majorité confortable ! Pourquoi pas les vainqueurs des élections : VB, Ecolo/Groen, PTB/PPDA, zut : 51 députés seulement. Ou l'union nationale … flamande : NVA, Open VLD, CD&V, SPA, Groen : 66 députés ! Pas grave, le MR pourrait encore une fois faire l'appoint : nouvelle trahison et le tour est joué : majorité : 80 sur 150 ! Bonnes fêtes et à l'année prochaine !

  • Posté par Petitjean Marie-rose, vendredi 20 décembre 2019, 16:38

    Il faudrait suggérer aux informateurs de prendre conseil auprès des commentateurs qui savent si bien ce qu'il conviendrait de faire.

  • Posté par Kador Croes, vendredi 20 décembre 2019, 15:54

    Snion quels sont les partis centristes? CDH et DEFI? CD&V? cela fait 19 siège à tout cassé pour moi: PS,SPA,ECOLO,GROEN sont de gauche NVA,MR,OPEN-VLD, CD&V sont de droite Extrème gauche: PTB-VDAB Extème Droite : Vlaams Belang

Plus de commentaires

Aussi en Politique

Voir plus d'articles
La Une Le fil info Commentaires Partager

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs