Les informateurs excluent l’arc-en-ciel et la bourguignonne: «D’autres coalitions sont possibles» (vidéos)

Les informateurs excluent l’arc-en-ciel et la bourguignonne: «D’autres coalitions sont possibles» (vidéos)
Belga

Les informateurs royaux Georges-Louis Bouchez (MR) et Joachim Coens (CD&V) ont rencontré le Roi ce vendredi pour lui présenter un rapport « intermédiaire » de leur mission. Une prolongation du duo jusqu’au 13 janvier a été décidée par le souverain, indique le Palais royal. Face à l’enlisement, les deux informateurs ont décidé d’exclure l’alternative entre une coalition bourguignonne et une coalition arc-en-ciel.

Selon le duo, il est désormais temps « d’écarter les deux pistes qui reviennent le plus souvent : l’arc-en-ciel (socialistes, libéraux, écologistes et éventuellement le CD&V) et la bourguignonne (le PS, la N-VA et les libéraux). » « Ces coalitions n’offrent pas de stabilité suffisante et ne rassemblent pas », indiquent-ils ce vendredi lors d’une conférence de presse à la Chambre.

« Il est temps de sortir de cette dichotomie, comme si c’était la seule formule possible », explique Georges-Louis Bouchez. « La constellation de partis ne permet pas aujourd’hui de qualifier un gouvernement plutôt de droite ou plutôt de gauche », précise-t-il tout en affirmant que « la seule solution possible se situera au centre. »

Les deux informateurs, fraîchement élus présidents de leur parti, ont également dégagé cinq thématiques récurrentes à l’issue de leurs discussions avec les dix partis : « Il s’agit du déficit budgétaire, de la politique sociale, de l’emploi, de l’urgence climatique et de la justice. Ces thématiques nous permettent de déterminer les points de convergence entre les partis », expliquent-ils.

« La gravité de la situation »

Le nouveau président du MR a également appelé plusieurs politiciens « à faire preuve de retenue. » « Nous voulons insister sur la gravité de la situation. Il y a eu certaines attitudes qui ont compliqué les choses », a-t-il regretté. « Nous rappelons qu’il faut privilégier la recherche d’un résultat fort pour notre pays plutôt que de faire un spectacle de communication », avait déjà pointé le libéral il y a quelques jours.

Après leur désignation par le souverain le 10 décembre dernier, les deux nouveaux présidents de parti avaient assuré n’exclure aucune piste de coalition. Dans cette optique, ils ont tenté de remettre le PS et la N-VA autour de la table, alors que l’impossibilité d’une alliance entre ces deux partis semblait déjà avoir été actée. Malgré leurs efforts, le fossé entre les deux plus grandes formations du pays ne s’est toutefois pas amenuisé.

La conférence de presse en vidéos

Cinq thèmes dégagés

« Ni une coaltion arc-en-ciel, ni une bourgignonne »

La mission royale prolongée

Les informateurs demandent la discrétion

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous