Carles Puigdemont et Toni Comin se sont accrédités pour siéger au Parlement européen

Carles Puigdemont
Carles Puigdemont - Reuters

Le Parlement européen a autorisé vendredi Carles Puigdemont et Toni Comin, deux indépendantistes catalans élus députés européens en mai, à s’accréditer pour siéger dès janvier 2020.

Les deux élus indépendantistes ont montré aux journalistes présents le badge provisoire qui leur a été délivré. Les formalités commencées vendredi seront finalisées en janvier, a indiqué le Parlement.

« C’est un jour de joie pas uniquement pour nous mais pour tous les gens qui croient à une Europe fondée sur la volonté des citoyens », a déclaré Carles Puigdemont en français. « C’est la preuve que ça vaut la peine de se battre », a-t-il ajouté. « La N-VA (nationalistes flamands) nous a beaucoup aidés, mais aussi des membres d’autres familles politiques », a-t-il précisé.

Les deux élus ont annoncé leur intention de siéger pendant la session plénière du 13 au 16 janvier à Strasbourg.

Ils ont été accueillis devant l’entrée du siège bruxellois du Parlement par l’eurodéputée belge Assita Kanko, membre de la N-VA, qui les soutient depuis qu’ils se sont réfugiés en Belgique pour échapper aux poursuites engagées contre eux en Espagne pour leur implication dans la tentative de sécession de la Catalogne en 2017.

Toni Comin et Carles Puigdemont accueillis par Assita Kanko, membre de la N-VA.
Toni Comin et Carles Puigdemont accueillis par Assita Kanko, membre de la N-VA. - AFP

« Les formalités pour l’accréditation vont commencer vendredi et vont finir après les fêtes de fin d’année », a expliqué un responsable du Parlement européen. L’Assemblée sera fermée du 21 décembre au 3 janvier.

Toutes les entraves dressées pour les empêcher de siéger au Parlement européen ont été levées jeudi par une décision de la Cour de Justice de l’Union européenne, qui a confirmé leur immunité de parlementaires européens depuis le 26 mai, jour de leur élection.

>> La justice de l’UE donne raison à un indépendantiste catalan sur son immunité d’élu européen

Ce vendredi matin encore, la Cour de justice avait annulé l’ordonnance qui les avait empêchés de s’inscrire pour participer à la session inaugurale du Parlement européen le 2 juillet et leur fermait les portes de l’Assemblée.

L’arrêt rendu jeudi par la justice européenne est une « décision historique », ont-ils déclaré. Elle devrait bénéficier au troisième indépendantiste catalan élu député européen, Oriol Junqueras, actuellement emprisonné en Espagne où il a été condamné à une peine de 13 ans de prison pour sédition et détournement de fonds publics.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Sabine Laruelle (MR) et Patrick Dewael (VLD) feront rapport au Roi le 9 mars.

    Négociations fédérales: deux libéraux pour pacifier d’abord, explorer ensuite

  2. Pierre Wunsch, gouverneur de la Banque nationale, dénonce l’enrichissement personnel des dirigeants d’Intégrale.

    Affaire Nethys: la Banque Nationale suspecte un abus de biens sociaux chez l’assureur Intégrale

  3. belga

    Europa League: le FC Bruges ne doit plus avoir peur

La chronique
  • Visa pour la Flandre: bons boulets d’Alost

    Ah s’il avait su ! Le nouveau patron de « Chez Lequet » à Liège aurait été faire ses saluts nazis et chanter « heili hailo haila » sur un char dans un cortège de carnaval et pas dans une salle de restaurant remplie de familles venues sacrifier à la tradition des boulets sauce lapin. Parce que dans un char au milieu d’un cortège de carnaval, tout ça, c’est de l’humour. Et l’explication très raffinée du gérant au micro de la RTBF – « On a fait les bièsses. On a exagéré, je regrette mais chacun a son humour » – aurait mieux tenu la route pour expliquer ce qui tenait très peu de la… farce.

    Enfin c’est ce qu’on pense à Alost, où les organisateurs du carnaval s’apprêtent à laisser défiler des chars avec des caricatures de juifs orthodoxes, avec papillotes, nez crochu, rats et tas d’or, comme ce fut le cas l’an dernier, et cela au nom de l’humour. « Aalst in Zottenland, alles kan en mag » – Alost au pays des fous. Tout est possible et permis : voilà ce qui régit depuis...

    Lire la suite

  • On en a tous marre

    Le Palais a donc une nouvelle fois sacrifié à ce qui devient hélas un rituel. La nomination d’un duo chargé de permettre la formation d’un gouvernement fédéral. Sabine Laruelle et Patrick Dewael sont la neuvième et dixième personnalité politique à s’y coller depuis les élections.

    Un constat d’échec

    C’est d’abord un constat d’échec. Après avoir tenté l’électrochoc, avec la démission forcée de Joachim Coens et Georges-...

    Lire la suite