Julie Vanloo non-sélectionnée avec les Belgian Cats pour le tournoi qualificatif: «Mon cœur est brisé»

Julie Vanloo non-sélectionnée avec les Belgian Cats pour le tournoi qualificatif: «Mon cœur est brisé»
Photo News

Julie Vanloo ne figure pas dans la présélection de 16 joueuses appelées à défendre les chances des Belgian Cats sur le chemin des Jeux olympiques de Tokyo lors du tournoi de qualification à Ostende du 6 au 9 février prochain. « Mon cœur est brisé », a réagi la meneuse ostendaise sur Instagram.

Vanloo avait fait l’impasse sur les qualifications pour l’Euro 2021 en novembre contre l’Ukraine et en Finlande parce qu’elle joue en Australie, à Townsville, pour éviter les conséquences du décalage horaire. Mais elle n’est carrément pas reprise cette fois. « Pour la première fois dans ma carrière en équipe nationale, je n’ai pas été sélectionnée pour le tournoi pré-olympique à Ostende, ma ville, où je suis née et où j’ai grandi. Les mots ne peuvent décrire à quel point je suis triste de ne pas avoir la chance de faire partie de ce rêve en février. Mon cœur est brisé », a écrit Vanloo, qui a débuté en équipe nationale en 2008 et a notamment participé à l’Euro 2017, où les Cats ont décroché le bronze, et au Mondial 2018, conclu à la quatrième place.

« Chaque échauffement, chaque hymne national et chaque minute que j’ai jouée était inoubliable. Mon cœur et mon âme sont noirs, jaunes et rouges », ajoute la joueuse de 26 ans.

« Est-ce que je comprends la décision. Non. Est-ce que je l’accepte ? Oui. Est-ce que je vais abandonner ? Non. Cela me rendra plus forte ? Oui. Cependant je respecte cette décision », a-t-elle écrit. « Tout arrive pour une raison et je ferai tout ce qui est en mon pouvoir pour rester positive et inspirer les gens qui croient en moi et me supporte chaque jour. »

« Je veux souhaiter le meilleur à mes équipières pour ce tournoi important, mon cœur est avec vous. Faites que le rêve devienne réalité », a conclu Vanloo.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • ©News

    Par Belga

    International

    Les Belgian Lions remportent leur deuxième rencontre qualificative pour l’Euro de basket 2021

  • Jonathan Tabu. @Belga

    Par Stéphane Druart

    Basket

    Basket: les Lions veulent confirmer au Danemark

  • photo news

    Par Stéphane Druart

    International

    Dario Gjergja: «Je ne me sens pas étranger»

 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. 06776267

    Malgré la culpabilité de Weinstein, le procès emblématique post-#MeToo s’achève en demi-teinte

  2. A Codogno en état de siège, les pharmacies, supermarchés et boulangeries sont pris d’assaut.

    Coronavirus: l’Italie du Nord à la recherche du «patient zéro»

  3. François Fillon et son épouse Penelope - ici, en décembre dernier -, risqent jusqu’à dix ans de prison.

    Face aux juges, François et Penelope Fillon risquent gros

La chronique
  • La chronique de Véronique Lamquin: à Bruxelles, le Canal n’est pas une frontière

    Sur la carte, c’est un liseré bleu pâle, strié d’une vingtaine de traits plus ou moins gros. C’est qu’il y a des ponts qui charrient des bandes de circulation en mode entonnoir déversoir, comme Van Praet, d’autres qui ne supportent que des voies, de métro ou de train. Vingt traits d’union entre les deux rives, c’est peu, sur quatorze kilomètres… Sur la carte mentale de beaucoup de Bruxellois(es) c’est une frontière que l’on franchit par contrainte plus que par choix. Du moins dans un sens. Le passage vers l’ouest ne va pas de soi, dicté par un travail, un dîner, un concert, et non par réflexe. A l’inverse, la traversée vers l’est s’impose parce que le centre, c’est magnétique et que le sud, ça fait envie. Dans les discours, c’est une faille, avec tous les sens qui s’expriment. Une discontinuité qui s’est installée entre deux morceaux d’une même surface ; le point faible du propos urbain ; la cassure entre deux villes qui ne sont qu’une, Bruxelles.

    Cette ligne qui coupe la Région en deux, c’est le Canal – 60.000 personnes et 6,2 millions de tonnes de marchandises par an....

    Lire la suite

  • Alost, où le permis de rire rivalise avec la banalisation

    Alost a donc fait de la résistance, les carnavaliers et beaucoup d’Alostois revendiquant le « droit de rire de tout » après s’être placée sous la loupe mondiale en raison des caricatures antisémites admises lors de son carnaval de 2019. Ce dimanche, le trait a encore été forcé. Les personnages contestés de l’an dernier ont été réinjectés dans d’autres scénarisations. La figure séculaire du Juif avare, spéculateur, manipulateur, a encore été amplifiée en raison de la mise en cause universelle de ce sens de l’humour alostois...

    Lire la suite