Agression de la directrice de la prison de Jamioulx: le détenu inculpé de prise d’otage

Agression de la directrice de la prison de Jamioulx: le détenu inculpé de prise d’otage
Belga

Le parquet de Charleroi confirme lundi que le détenu qui a commis une tentative d’assassinat dimanche matin sur la directrice de la prison de Jamioulx a été placé sous mandat d’arrêt pour coups et blessures volontaires et de prise d’otage. Un gardien qui est intervenu a également été blessé. Le suspect souhaitait commettre une prise d’otage afin de s’enfuir de la prison, indique le procureur du Roi.

La directrice de la prison de Jamioulx victime d’une tentative d’assassinat

La zone de police Germinalt avait été appelée vers 11 heures à la prison de Jamioulx pour une violente agression sur la directrice de l’établissement pénitentiaire. Un détenu, né en 1995 et emprisonné depuis 2014, a porté plusieurs coups à la victime à l’aide d’une arme artisanale. Les faits se sont produits lors d’une comparution dans le cadre d’un rapport de discipline. « Le détenu a fait mine de saluer une tierce personne présente dans la pièce en contournant le bureau et a saisi la victime par le cou », expliquait Vincent Fiasse, procureur du Roi de Charleroi, dimanche après-midi. La directrice s’est débattue, tentant d’échapper aux coups.

Cette dernière présentait sept légères entailles au niveau du cou et du bas du dos. « Elle a été prise en charge directement à la prison et n’a pas dû être hospitalisée. Mais des endroits vitaux ont été visés. » Un gardien est directement intervenu en aide à la directrice. « Il faut saluer son courage. Son intervention a permis d’éviter le pire », soulignait le procureur du Roi. Le gardien avait été également blessé, notamment à la main et pris en charge à la prison.

Le suspect transféré vers une autre prison

Le jeune auteur de l’agression est en prison depuis 2014. Il a déjà été condamné à deux reprises à de lourdes peines, notamment pour vols avec violence et prises d’otages. « Il a écopé de 10 ans de prison en 2015 devant la cour d’appel de Liège et été condamné à 15 ans en septembre dernier par le tribunal correctionnel de Charleroi. » Le suspect a utilisé une arme artisanale confectionnée avec deux morceaux de Plexiglas et une lame de rasoir placée au milieu.

Les faits avaient été initialement qualifiés de tentative d’assassinat pour les coups portés sur la directrice et en coups et blessures volontaires à l’encontre du gardien. Le détenu a été entendu lundi par le juge d’instruction. Il a expliqué « avoir voulu commettre une prise d’otage sur la directrice afin de s’évader de la prison », précise Vincent Fiasse. Le juge d’instruction l’a placé sous mandat d’arrêt pour prise d’otage, coups et blessures volontaires et fabrication d’une arme artisanale. Le suspect âgé de 24 ans a également été transféré vers une autre prison, conclut le parquet de Charleroi.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. ER5irEcXYAEzIFh

    Polanski primé, Adèle Haenel quitte la salle: le cinéma français déchiré aux César 2020

  2. CHINA-HEALTH_JAPAN

    Comment le coronavirus bouleverse la planète

  3. La consultation et la participation des citoyens aux projets sont nécessaires pour atteindre la neutralité carbone en 2050 selon les experts.

    «2050, Bruxelles en mieux»: des idées qui germent dès aujourd’hui

La chronique
  • Elections municipales: en France, dernier arrêt avant l’irréparable

    Dans quinze jours, les Français se rendront aux urnes pour élire leurs maires. Une simple élection locale ? C’est ce que tentent toujours de faire croire les pouvoirs en place lorsqu’ils sont en difficulté.

    Test majeur

    Emmanuel Macron ne fait pas exception. Mais à qui fera-t-il avaler qu’il ne se préoccupe pas de ce test majeur à deux ans d’une présidentielle qui sera celle de tous les dangers ? L’affaire...

    Lire la suite