En Belgique, le nombre de mariages forcés a presque triplé en trois ans

En Belgique, le nombre de mariages forcés a presque triplé en trois ans
Photo News

Le nombre de mariages forcés constatés par la police est passé de 10 en 2015, à 27 en 2018, ressort-il d’une réponse du ministre de l’Intérieur Pieter De Crem à une question écrite. Au cours du premier trimestre 2019, cinq nouveaux cas ont été enregistrés.

La tendance des mariages forcés est en hausse constante avec 10 faits établis en 2015, 15 en 2016, 21 en 2017 et 27 en 2018.

En 2017, trois cas de cohabitation légale forcée ont été constatés, contre un seul en 2016, ressort-il des chiffres de la Base documentaire générale des autorités fédérales. Celle-ci regroupe également sous cette catégorie les mariages d’enfants, bien que leur nombre exact ne soit pas explicitement cité.

L’article 146 du Code civil stipule qu’une union matrimoniale est nulle lorsqu’elle ne bénéficie pas du consentement de chacune des deux parties, ou lorsque ce consentement a été arraché sous la menace ou la violence. En outre, il faut être majeur pour pouvoir se marier. Les mariages et cohabitations légales forcés sont punissables.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Eric Van Rompuy, CD&V.

    Eric Van Rompuy au «Soir»: «Il faut un gouvernement avec la N-VA et le PS»

  2. Margaux de Ré (Ecolo).

    Bruxelles: trop de femmes à la commission des droits des femmes?

  3. DF-05385

La chronique
  • Vincent de Coorebyter: «Le casse-tête postélectoral»

    La crise politique fédérale est tellement désespérante que l’on finit par se demander comment le système est censé fonctionner. Quels principes a-t-on suivi, avant 2019, pour former un gouvernement ?

    On pourrait croire que la réponse à cette question est simple, mais ce n’est pas le cas. Un seul principe est incontesté, et encore : idéalement, le gouvernement doit disposer d’une majorité parlementaire prête à le soutenir. Mais un gouvernement minoritaire n’est pas interdit, et il existe des exemples en ce sens dans différents pays européens. En outre, la règle arithmétique de la majorité ne nous dit pas quel critère employer pour choisir les partis qui composeront la majorité d’une part et l’opposition d’autre part. Rien n’interdit même d’installer un gouvernement d’union nationale, comme en temps de guerre, composé de la quasi-totalité des partis représentés au parlement, ce qui modifie le sens de la notion de majorité.

    ...

    Lire la suite

  • Négociations fédérales: le citoyen a besoin d’honnêteté intellectuelle, pas de mépris

    Le PS et la N-VA sont depuis quelques jours en réunion ininterrompue. Les frères ennemis ne se quitteraient plus et on est en droit d’espérer que cette fois c’est la bonne et qu’après huit mois, on aura droit à de l’honnêteté intellectuelle de part et d’autre, permettant de donner une fois pour toutes une réponse à la question de leur (im)possible route commune au gouvernement.

    Paul Magnette, président du PS, a (re)dressé la liste du programme que les socialistes souhaitent et sur lequel ils ont...

    Lire la suite