Royaume-Uni: la reine Elizabeth II salue le «sens du devoir» des jeunes pour le climat

Royaume-Uni: la reine Elizabeth II salue le «sens du devoir» des jeunes pour le climat
AFP

La reine d’Angleterre Elizabeth II a rendu hommage, dans son allocution de Noël mercredi, à l’engagement des jeunes générations face à la crise climatique, à l’issue d’une année marquée par une mobilisation mondiale dans le sillage de Greta Thunberg.

Vœux d’Elizabeth II : pourquoi la photo de Meghan Markle et du prince Harry n’était pas présente sur le bureau de la reine ?

« Les défis auxquels beaucoup de gens doivent faire face aujourd’hui sont peut-être différents de ceux auxquels ma génération a dû faire face, mais j’ai été frappée par la manière dont les nouvelles générations font preuve d’un sens du devoir face à des problèmes tels que la protection de notre environnement et de notre climat », a déclaré la souveraine de 93 ans, qui ne cite toutefois pas le nom de Greta Thunberg.

Elue personnalité de l’année par le magazine américain Time, l’adolescente de 16 ans a été suivie pas des jeunes du monde entier dans des manifestations pour réclamer aux dirigeants des pays du globe de prendre des mesures radicales pour limiter le réchauffement de la planète.

Dans son traditionnel message de Noël, la reine a aussi confié à quel point elle et son époux le prince Philip étaient « ravis » de l’arrivée dans la famille royale d’Archie, le fils du prince Harry et de son épouse Meghan Markle, né en mai dernier. Ce message contraste avec leur absence sur les photos qui entourent la reine, que les chroniqueurs royaux ont lue comme un signe du resserrement autour des descendants directs au trône.

L’absence du prince Harry et de Meghan Markle

Le duc et la duchesse de Sussex ne fêtent pas cette année Noël – le premier de leur fils Archie – avec le reste de la famille royale, mais au Canada, où Meghan Markle a vécu sept ans, lorsqu’elle était comédienne et participait au tournage de la série « Suits ».

Dans cette allocution où elle a évoqué une année semée d’embûches, dans un pays fracturé par les débats sur le Brexit, et pour la famille royale, la reine a souligné que « l’on peut accomplir des choses positives quand les gens mettent de côté leurs différences passées et se rassemblent dans un esprit d’amitié et de réconciliation ».

En cette fin d’année 2019 où ont été célébrés les 75 ans du Débarquement et les 50 ans du premier pas de l’homme sur la lune, la reine a estimé, à l’orée de la décennie qui s’ouvre, que « ce sont souvent les petits pas, et non les bonds de géant, qui apportent les changements les plus durables ».

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. A 35 ans, David Leisterh prend la présidence du MR bruxellois. © Pierre-Yves Thienpont.

    Un jeune président du MR à Bruxelles aussi

  2. Martial a égalisé sur  une rentrée en touche... brugeoise, prenant de vitesse Mechele.

    Europa League: pour Bruges, le coup reste jouable à Old Trafford

  3. Le carnaval d’Alost suscite à nouveau la polémique.

    Carnaval d’Alost: le gouvernement israélien entre dans la polémique

La chronique
  • Pourquoi le socialisme n’a jamais pris aux USA

    Après trois ans de harangues et d’imprécations envers Donald Trump, les choses sérieuses ont commencé pour l’opposition démocrate. Première étape, capitale : se choisir un(e) candidat(e) susceptible de rassembler une majorité d’Américains le 3 novembre prochain, pour battre le président sortant.

    Dans ce contexte, Bernie Sanders a entamé la course à l’investiture sur les chapeaux de roue : première place, ex aequo avec Pete Buttigieg, lors du caucus de l’Iowa et victoire dans la primaire du New Hampshire.

    Certes, le chemin est encore long jusqu’à la convention nationale de Milwaukee, prévue du 13 au 16 juillet, qui désignera le challenger de Trump. Mais ces succès du sénateur du Vermont, conjugués au départ catastrophique de Joe Biden – longtemps favori des sondages et du Parti – ont plongé l’appareil démocrate dans des abîmes de perplexité.

    Un sondage publié ce lundi sur le site de Newsweek aura sans...

    Lire la suite

  • Négociations fédérales: on en a tous marre

    Le Palais a donc une nouvelle fois sacrifié à ce qui devient hélas un rituel. La nomination d’un duo chargé de permettre la formation d’un gouvernement fédéral. Sabine Laruelle et Patrick Dewael sont la neuvième et dixième personnalité politique à s’y coller depuis les élections.

    Un constat d’échec

    C’est d’abord un constat d’échec. Après...

    Lire la suite