Accueil Médias

Le blues des éboueurs du Web

Harcèlement, discours de haine, images ultra-violentes, pédopornographie… Les grandes plateformes peinent à assurer la modération des contenus, gage pourtant de leur modèle économique. En coulisses, parfois au prix de séquelles psychologiques graves, les modérateurs trinquent. Et organisent la rébellion post-trauma.

Article réservé aux abonnés
Responsable du pôle Multimédias Temps de lecture: 5 min

Jour et nuit, vissés à leur écran, ils voient défiler ce que l’humanité peut produire de pire : discours de haine, sexistes, racistes, homophobes, images de violence, pédopornographiques… Leur job ? Vider les poubelles du Web. Selon les estimations, ils seraient environ 100.000 aux quatre coins du monde à chasser ces horreurs, idéalement de manière préventive, avant qu’elles ne gangrènent les grandes plateformes dont les utilisateurs se comptent en milliards.

Parfois, le nettoyage est tardif. Ce fut le cas lors de l’attaque terroriste contre deux mosquées de Christchurch (Nouvelle-Zélande), qui a fait 51 morts le 15 mars 2019. Il aura fallu plusieurs dizaines de minutes, un « siècle » en temps internet, pour que Facebook, YouTube, Twitter et surtout 8Chan (banni depuis par les fournisseurs d’accès) suppriment la vidéo de la tuerie. Trop tard : des copies circulent encore aujourd’hui.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Médias

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs