Accueil

Une forme de monopole qui pose question

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Société Temps de lecture: 2 min

Depuis 2016 jusqu’à l’été dernier, c’est Bioproject – propriétaire de l’épicerie Bio Vrac, à Uccle – qui assurait officiellement la gestion des 7 guinguettes, bien qu’elle ait formellement fait le choix de sous-traiter l’exploitation de 6 d’entre elles à la société Barc, tout en préférant concentrer tous ses efforts sur le bar estival du parc Duden, premier à voir le jour. Bien qu’elle juge positivement la collaboration menée avec Bruxelles Environnement au cours des dernières années, Virginie Pissoort, gérante, reconnaît son scepticisme après avoir pris connaissance des conditions du nouvel appel d’offres. Elle dit effectivement avoir exprimé à plusieurs reprises à Bruxelles Environnement la pertinence d’avoir, à l’avenir, recours à une pluralité d’exploitants en vue de favoriser le partage des bénéfices de cette opportunité entre une pluralité d’acteurs de l’Horeca.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs