France: remise polémique d’un petit garçon en larmes à son père

France: remise polémique d’un petit garçon en larmes à son père
AFP

Louis, quatre ans, a été remis jeudi à son père japonais, conformément à une décision de justice, alors que la mère, Française, s’opposait au retour de l’enfant au Japon, a-t-on appris de sources concordantes. Devant la presse, Louis sanglotait « je ne veux pas y aller », avant de quitter la maison maternelle dans le village de Salles d’Aude où il venait de passer la moitié de sa vie, escorté par des gendarmes, la mère ayant dans un premier temps refusé de remettre l’enfant.

En juillet 2017, Marine Verhoeven et son fils Louis avaient quitté leur domicile de Tokyo pour passer les vacances d’été en France. Un mois avant le vol retour, Mme Verhoeven avait prévenu son mari qu’elle ne retournerait pas au Japon et qu’elle voulait divorcer. « Elle s’est installée illégalement en France, sans l’autorisation du père, ni de la justice, a souligné l’avocate du père, Me Hansu Yalaz. (…) Le père aurait pu porter plainte pour enlèvement au pénal, mais il a préféré la voie civile et présenté une demande de retour dans le cadre de la convention de La Haye, qui prévoit le retour d’un mineur vers son pays de résidence en cas de conflit ».

Deux ans de procédure ont suivi. En février 2018, un juge aux affaires familiales de Montpellier a ordonné le retour de l’enfant au Japon, une décision confirmée en appel par la cour d’appel de Montpellier au printemps 2018.

La mère ne compte pas retourner au Japon

Saisie, la cour de cassation a d’abord cassé la décision de la cour d’appel en novembre 2018, demandant à la cour d’appel de Toulouse un réexamen du dossier. La cour d’appel de Toulouse a confirmé en juin 2019 la première décision et validé les conditions du retour au Japon proposées par le père. Un deuxième pourvoi en cassation a été rejeté le mois dernier. D’après son avocate, le père de l’enfant, un quadragénaire travaillant dans une galerie d’art à Tokyo, « met tout en œuvre pour que Louis garde un lien avec sa mère, sa famille française et sa culture maternelle. Il a proposé à la mère de vivre dans l’appartement dans lequel la famille vivait à Tokyo, ainsi qu’une pension alimentaire ».

Marine Verhoeven a dit à des journalistes qu’elle ne comptait pas retourner au Japon, où vit également son frère, craignant d’être interpellée à son arrivée. Elle avait également accusé son mari d’avoir commis des violences conjugales lorsqu’ils vivaient au Japon, ce qu’il nie.

L’affaire a ému ces derniers mois les habitants de Salles d’Aude, où un comité de soutien s’est formé. Sa présidente Magali Simmons, avait « supplié » le procureur de Montpellier « de reconsidérer la situation de l’enfant », pour lui permettre de rester en France.

Mme Verhoeven et son comité de soutien arguent que la loi japonaise -- qui ne reconnaît pas d’autorité parentale conjointe-- et les règles du pays en matière de délivrance de visa, vont de fait soumettre au bon vouloir du père le maintien du lien entre la mère et l’enfant. L’argument est rejeté par Me Yalaz, pour qui la mère – si elle rentre au Japon et y engage une procédure de divorce – pourra y faire valoir ses droits et ceux de l’enfant.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Diego Aquilina.

    Menaces, duperies, cupidité: la face cachée d’Integrale

  2. Mercredi soir, Sabine Laruelle et Patrick Dewael ont été chargés d’une mission royale, un an et 63 jours après la chute du gouvernement Michel, 269 jours après les élections. Et l’on ne voit toujours rien venir... 
© Belga.

    Former un gouvernement. Comment font-ils ailleurs?

  3. «
La Monnaie 
! C’est ici que j’ai découvert mes premiers spectacles quand j’étais ado que mes parents m’emmenaient voir. Son directeur Peter de Caluwe y a fait venir «
Vessel
» sans l’avoir vu. Et il y a dix ans, on y créait «
Babel
» avec Larbi. Enfin, c’est quand même ici que la Belgique a surgi
: une révolution commencée par les arts
! Et c’est aujourd’hui la seule institution fédérale qui connecte encore notre Belgique divisée».

    Les racines élémentaires de Damien Jalet: «Madonna m’a aidé à vivre. J’avais 11 ans, j’étais fou de son énergie»

La chronique
  • Répondre au populisme?

    Ce début du XXIe siècle est marqué en Occident par le retour du populisme. Trump aux Etats-Unis, Bolsonaro au Brésil, Salvini en Italie, Orban en Hongrie, le Vlaams Belang en Belgique…, la liste est longue de ces leaders ou partis qui en appellent à la souveraineté du peuple pour s’affranchir des règles et des institutions, promouvoir un projet qui se dégage des cadres et des valeurs de l’Etat de droit. Ce constat soulève régulièrement une double question : faut-il discuter avec ceux et celles qui défendent un projet dangereux pour la démocratie ? Si oui, quelle stratégie adopter pour contrer un discours qui connaît un succès certain, parce qu’il vise cette part sombre que nous avons chacun en nous ?

    Faut-il répondre au populisme ?

    Faut-il débattre avec les populistes ? En Belgique, cette question se traduit ces derniers temps par « faut-il débattre avec l’extrême droite »...

    Lire la suite

  • Et si on mettait le cap sur Broadway?

    Il y a deux façons de considérer la communication avec les autres : avec le souci de les tirer vers le bas ou avec la volonté de les porter vers le haut.

    La première option est évidemment la plus facile. C’est celle adoptée, sauf bonne surprise de dernière minute, par certains groupes carnavaliers d’Alost soutenus par leurs autorités locales. Ce dimanche, cette petite ville ne sera pas regardée comme un de ces lieux si typiquement belges où l’on fait défiler des chars et des déguisements dans la...

    Lire la suite