Michael Schumacher, 6 ans après: un traitement «top secret», et puis?

AFP.
AFP.

Référence absolue de la Formule 1, Michael Schumacher vit au ralenti depuis six ans et son accident de ski, le 29 décembre 2013: le septuple champion du monde va fêter ses 51 ans le 3 janvier et son état de santé, précaire, reste un secret soigneusement gardé par ses proches.

La famille n’a jamais voulu communiquer sur ce sujet mais de l’avis de neurologues réputés, le pilote allemand, techniquement sorti du coma, est forcément dans un état végétatif. Le nom du professeur français Philippe Menasché est devenu célèbre quand en septembre dernier, on a appris que l’ancien pilote de Formule 1 avait été admis dans son service de chirurgie cardiovasculaire, à l’hôpital Pompidou à Paris, pour suivre un traitement « top secret » au sujet duquel ont circulé les rumeurs les plus folles. Auprès de La Repubblica, le professeur a reconnu mener de nouvelles recherches, dont l’objectif est de provoquer la réparation des organes, qui pourraient également s’appliquer aux reins, au foie et au cerveau.

C’est cette nouvelle technique qui a alimenté les rumeurs les plus folles au sujet de Schumacher, avec l’idée qu’il serait possible de réparer d’éventuelles lésions cérébrales. Philippe Menasché contourne la question et précise : « Je suis un spécialiste du cœur et je ne m’occupe que de ça. ». Depuis, Michael Schumacher a quitté Paris. Il résiderait chez lui à Gland sur les bords du lac Léman dans une demeure transformée en centre de soins de haute technologie. Accusée de cacher l’état de santé de son mari, Corinna Schumacher a livré quelques lignes au « She’s Mercedes Magazine » en novembre dernier: « Il est entre les meilleures mains possible en ce moment et nous faisons tout notre possible pour l’aider, vous pouvez en être sûr. Essayez de comprendre qui nous suivons la volonté de Michael de garder son état de santé confidentiel ».

Des nouvelles révélations ?

Alors qu’une nouvelle page Facebook « Michael-und-Mick Schumacher Fan-club » va être lancée ce dimanche pour soutenir la famille, la femme du septuple champion du monde a laissé un message d’espoir en commentaire. « Les grandes choses commencent toujours par de petites étapes. Beaucoup de petites pierres peuvent former une grande mosaïque. Ensemble, nous sommes plus forts », a-t-elle écrit. Doit-on s’attendre à d’autres révélations  ? Réponse d’ici quelques heures...

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Environ un millier de personnes sont en quarantaine dans l’ouest de l’Allemagne vendredi, maintenant que le nombre de cas confirmés est passé à 53. La mesure s’applique au district de Heinsberg, très près de la frontière avec la Belgique.

    Le coronavirus bouleverse la planète

  2. La consultation et la participation des citoyens aux projets sont nécessaires pour atteindre la neutralité carbone en 2050 selon les experts.

    La Bruxelles de 2050 germe aujourd’hui

  3. ELPais

    Hillary Clinton: «Les services secrets russes travaillent encore pour Trump»

La chronique
  • Allô, Alost?

    Allô, Alost ?

    Ouais, à l’eau…

    Et merci au Dieu de l’Ancien Testament d’avoir arrosé les comiques du coin ce dimanche de carnaval, on aurait dit les premières heures du Déluge. L’Ancien Testament est la Bible des Juifs. Ce qui souligne le pouvoir exorbitant de ces gens-là. La seule question que se posait Noé dimanche dernier était : qui de tous ces animaux laisser entrer dans l’Arche ? Aux dernières nouvelles, il a décidé de couler avec son rafiot.

    Dieu a fait l’homme à son image, paraît-il. Pourquoi l’homme d’Alost doit-il alors se cacher derrière des masques affreux ?

    Le nœud de cette affaire, c’est la définition de l’humour. Une quête impossible. Ce qui fait rire votre voisin et vous laisse de glace ou vous agace, est-ce de l’humour ? Bien sûr que oui car pour qui vous prenez-vous ? Pourquoi auriez-vous meilleur goût que votre voisin ?

    ...

    Lire la suite

  • Les dangereuses conséquences politiques du coronavirus

    Le coronavirus est d’abord et avant tout un défi sanitaire mondial, évidemment. Avec un questionnement scientifique et la mise en place nécessaire de mesures à la fois fortes et proportionnées pour endiguer l’épidémie. Mais la maladie, qui est installée désormais au centre de l’attention de toute la planète, est, et de plus en plus, un révélateur démocratique. Quand on voit, de Rome à Paris en passant par Pékin, comment le virus s’invite sur la scène politique et les dégâts qu’il y fait, on s’inquiète autant, si pas plus, à ce propos que...

    Lire la suite