Amende salée pour De Lijn, qui fait rouler des bus polluants à Bruxelles

Amende salée pour De Lijn, qui fait rouler des bus polluants à Bruxelles
Photo News

De Lijn continue à faire rouler des véhicules polluants dans la zone de basses émissions (LEZ) établie à Bruxelles et doit donc payer cette année quelque 35.350 euros pour 101 amendes. C’est ce qui ressort d’une réponse de la ministre flamande de la Mobilité Lydia Peeters (Open VLD) à une question du député Groen Stijn Bex. Le sujet est évoqué samedi par Het Laatste Nieuws.

Depuis 2019, les véhicules diesel de la norme Euro 2 ne peuvent plus pénétrer dans la LEZ (« low emission zone ») en Région bruxelloise. Les véhicules de l’armée et les véhicules prioritaires ne sont pas concernés, mais il n’y a pas d’exception pour les bus de la société de transports publics flamande.

La nouvelle gare routière temporaire De Lijn à Bruxelles-Nord sera en service le 6 janvier

Au total, De Lijn écope de 101 amendes, pour un montant total de 35.350 euros. Les règles seront encore plus strictes à partir du 1er janvier puisque les véhicules de la norme Euro 3 seront également bannis.

La ministre Peeters a déclaré qu’une commande doit être finalisée en 2020. Après cette livraison, les véhicules Euro 2 seront mis hors service. Il restera alors 450 véhicules de la norme Euro 3, qu’un plan tentera tant que possible de maintenir en dehors de la LEZ. Il restera alors une dizaine de ces véhicules non conformes à la LEZ en circulation.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Le temple lama à Pékin, aujourd’hui fermé pour cause d’épidémie.

    Coronavirus: l’épidémie fait tomber la Chine de son piédestal

  2. PHOTONEWS_10856380-028

    Harvey Weinstein coupable d’agression sexuelle et de viol: #MeToo, les stars et les gueux

  3. d-20191114-3X702V 2019-11-14 15:46:45

    La chronique de Véronique Lamquin: à Bruxelles, le Canal n’est pas une frontière

La chronique
  • La chronique de Véronique Lamquin: à Bruxelles, le Canal n’est pas une frontière

    Sur la carte, c’est un liseré bleu pâle, strié d’une vingtaine de traits plus ou moins gros. C’est qu’il y a des ponts qui charrient des bandes de circulation en mode entonnoir déversoir, comme Van Praet, d’autres qui ne supportent que des voies, de métro ou de train. Vingt traits d’union entre les deux rives, c’est peu, sur quatorze kilomètres… Sur la carte mentale de beaucoup de Bruxellois(es) c’est une frontière que l’on franchit par contrainte plus que par choix. Du moins dans un sens. Le passage vers l’ouest ne va pas de soi, dicté par un travail, un dîner, un concert, et non par réflexe. A l’inverse, la traversée vers l’est s’impose parce que le centre, c’est magnétique et que le sud, ça fait envie. Dans les discours, c’est une faille, avec tous les sens qui s’expriment. Une discontinuité qui s’est installée entre deux morceaux d’une même surface ; le point faible du propos urbain ; la cassure entre deux villes qui ne sont qu’une, Bruxelles.

    Cette ligne qui coupe la Région en deux, c’est le Canal – 60.000 personnes et 6,2 millions de tonnes de marchandises par an....

    Lire la suite

  • Alost, où le permis de rire rivalise avec la banalisation

    Alost a donc fait de la résistance, les carnavaliers et beaucoup d’Alostois revendiquant le « droit de rire de tout » après s’être placée sous la loupe mondiale en raison des caricatures antisémites admises lors de son carnaval de 2019. Ce dimanche, le trait a encore été forcé. Les personnages contestés de l’an dernier ont été réinjectés dans d’autres scénarisations. La figure séculaire du Juif avare, spéculateur, manipulateur, a encore été amplifiée en raison de la mise en cause universelle de ce sens de l’humour alostois...

    Lire la suite