Magnifique cadeau pour un basketteur: la NBA fait venir sa mère du Gabon pour fêter Noël (vidéo)

Magnifique cadeau pour un basketteur: la NBA fait venir sa mère du Gabon pour fêter Noël (vidéo)
Capture d’écran

Faire son chemin jusqu’en NBA est parfois très compliqué. Chris Silva est arrivé en 2012 aux Etats-Unis pour réaliser son cursus lycéen afin d’intégrer le monde du basketball professionnel. Quelques années plus tard, il a intégré l’équipe du Miami Heat et attend un contrat définitif.

Nous sommes en 2019 et Silva n’a vu sa mère qu’une seule fois en sept ans. Pour Noël, sa franchise et la NBA lui ont offert un magnifique cadeau en faisant venir cette dernière depuis le Gabon. Un voyage de plus de 10.000 kilomètres et une arrivée dans la salle qui a fait craquer le joueur, en larmes dès qu’il aperçoit sa mère.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • BASKET EC 2021 QUALIFICATION BELGIUM VS LITHUANIA

    Par Stéphane Druart

    Basket

    Qualifications Euro de basket 2021: les Belgian Lions enchaînent

  • Jonathan Tabu. @Belga

    Par Stéphane Druart

    Basket

    Basket: les Lions veulent confirmer au Danemark

  • photo news

    Par Stéphane Druart

    International

    Dario Gjergja: «Je ne me sens pas étranger»

 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Caroline Désir, ministre de l’Enseignement.

    Coronavirus: calme, vigilance et hygiène seront de mise dans les écoles pour la rentrée lundi

  2. d-20200129-3YKG2R 2020-01-29 15:26:34

    Brexit: l’Irlande a-t-elle crié victoire trop vite?

  3. Manifestation de «
gilets jaunes
» israéliens, en décembre 2018, contre le coût de la vie élevé au centre de Tel-Aviv
: le thème de la pauvreté ne fait guère recette dans l’actuelle campagne électorale.

    Israël: la pauvreté, grande absente de la campagne électorale

La chronique
  • La fable du matoufé et du guacamole

    L’hiver est là et il nous donne une bonne raison de manger des plats que les diététiciens réprouvent. Vous connaissez sans doute le matoufé, cette omelette généreuse enrichie de lardons, de farine et de lait. Une préparation « émouvante par sa simplicité », s’en émerveille la Royale Confrérie du Matoufé de Marche-en-Famenne, où je suis né. Mon père m’en avait légué la recette un jour où il pensait sérieusement à sa postérité.

    Posés sur les tranches du pain croustillant tout juste sorti du four à bois de ma mère, ces œufs brouillés étaient une partie de mon « chez moi ». Avec le sanglier « qui a une longueur d’avance », l’eau ferrugineuse des pouhons célébrés par Guillaume Apollinaire et les anecdotes que mon père puisait dans son livre culte, Dure Ardenne, d’Arsène Soreil.

    J’ai parlé de ce plat, et je l’ai parfois même préparé, au gré de mes voyages. Il avait ce goût simple, rustique, rassurant, qui, dans toutes les cultures, évoque la chaleur du cocon familial, les grandes tablées après la moisson, le foot ou...

    Lire la suite