Les tarifs de distribution du gaz et de l’électricité revus à la hausse à Bruxelles dès le 1er janvier

Les tarifs de distribution du gaz et de l’électricité revus à la hausse à Bruxelles dès le 1er janvier
RENE BRENY

Dès le 1er janvier prochain, les tarifs relatifs à la distribution de gaz et d’électricité en Région bruxelloise vont être remodelés. C’est ce que tient à faire savoir Brugel, le régulateur bruxellois pour l’énergie, qui a approuvé à la mi-décembre la proposition tarifaire du distributeur régional Sibelga pour la période 2020-2024. Pour comprendre de quoi il retourne, il faut commencer par savoir que la facture gaz et électricité que reçoit actuellement un client englobe une part de coûts « fixes » liés à la distribution. « Une facture globale, c’est d’une part l’électron, soit ce que l’on consomme réellement, et, d’autre part, la distribution. Nous contrôlons uniquement la partie distribution, soit environ un tiers de la facture », résume Pascal Misselyn, coordinateur du régulateur régional. Actuellement, celle-ci s’élève à 28 % de la facture pour le gaz, et 32 % de la facture pour l’électricité.

L’adaptation méthodologique prévoit ainsi l’introduction d’une « composante capacitaire » en électricité basse tension, en remplacement d’une partie du tarif existant, pour les clients résidentiels et professionnels relevés annuellement. « Ce qui signifie qu’une partie des tarifs de distribution, soit 20 %, sera facturée non plus sur la base des kilowattheures consommés mais sur la base de la puissance de raccordement (basse tension ou moyenne tension, NDLR) mise à disposition de l’utilisateur final. Les autres composantes resteront proportionnelles, excepté le comptage qui reste fixe », explique-t-on à Brugel.

Plus concrètement, pour les quelque 80 % de Bruxellois se chauffant au gaz, cela se traduira par une hausse tarifaire sur la période 2020-2024, calculée sur base des investissements à réaliser sur le réseau au cours des années à venir. Les frais de distribution sur la facture globale du client « mixte » moyen (consommation de 2.800 kWh en électricité et 12.000 kWh en gaz) baisseront dans un premier temps de 5,8 % en 2020 (avec un effet ressenti de 33,70 euros sur la facture annuelle), avant de repartir à la hausse. Sur la durée, l’augmentation entre 2019 et 2024 est ainsi estimée à 2,7 %. Cela devrait représenter une hausse de 14,50 euros par an pour les consommateurs résidentiels. Une évolution qui reste cependant « nettement inférieure » au taux d’indexation (8,9 % cumulés sur la période), tient à souligner Brugel.

L’évolution détaillée des tarifications jusqu’en 2024 peut être consultée sur le site brugel.brussels

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous