Accueil Belgique Politique

Le grand débat des présidents de partis: la Belgique va-t-elle disparaître?

Les cinq nouveaux présidents de partis francophones sont convaincus du maintien de la Belgique. Mais tous sont d’avis qu’une réforme de l’Etat s’impose encore. La date de 2024 fait consensus.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 9 min

Paul Magnette : « Cessons d’opposer les Flamands et les francophones »

Pour Paul Magnette, président du PS, la Belgique a une valeur. « Une valeur au moins négative. Je veux parler de l’effet extrêmement grave que sa disparition pourrait avoir sur l’ensemble de la politique européenne. On a oublié qu’à la fin du XIXe siècle, les quatre grands empires se sont effondrés en même temps. Cela a donné une des périodes les plus tragiques de notre histoire. La disparition de la Belgique entraînerait un surgissement de toutes ces expressions identitaires et cela peut mener au pire. »

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

7 Commentaires

  • Posté par Verkaeren Paul, lundi 30 décembre 2019, 16:25

    quel échange d'idées remarquables, un vrais grand débat comme son titre l'indique ! mais dans le fond, quelle triste somme de platitudes, dépourvue de la moindre idée. En suivant leurs échanges, on se rend compte que ces gens n'ont pas la moindre idée d'où ils mènent notre pays, pas la plus petite étincelle, même pas un feu-follet.

  • Posté par Soy Zen, lundi 30 décembre 2019, 14:13

    Ca fait du bien de voir de nouveaux visages, les anciens font se render compte que malheureusement la politique est devenu un metier et une fois qu'ils y goûtent , ils y restent, avides de pouvoirs de couloirs. Très peu sont capable de venir du civil et d'y retourner après deux mandats (durée qui me semblent raisonnable pour ne pas s'y accrocher justement).

  • Posté par Pasque Roger, lundi 30 décembre 2019, 14:02

    Qui peut imaginer un seul instant que la Flandre renoncerait à une parcelle de ce qu’elle a arraché ? Ainsi sur le climat la sensibilité au Nord est plutôt climato-sceptique, on peut déplorer le fait surtout face à des évidences qui devaient s’imposer mais que l’on ne peut imposer. Alors, en attendant que la grâce daigne toucher une population surtout avide de consumérisme, il faut bien payer le prix de ces matières qui ont été régionalisées et ne reviendront pas dans le giron d’un niveau fédéral en voie d’extinction. Le barnum où ces présidents de parti font assaut de leur science pour résoudre la quadrature du cercle et certains sont de véritables voltigeurs n’est au fond qu’une séance d’incantations conventionnelles au demeurant contradictoires car qu’y a-t-il de raisonnablement commun entre un Bouchez et une Madouane ? La seule chose positive, si j’ose dire, c’est que ces excellences préparent l’opinion à une ixième réforme de l’état qui sera ce que veut la Flandre un confédéralisme, prélude à l’indépendance, même si, du côté francophone, on habillera le concept ou plutôt on le travestira pour ne pas montrer trop ouvertement sa déchéance. Assez curieusement le seul parti qui se veut unitaire, le PTB ( PVDA )qui pèse 12 sièges à l’assemblée ( soit plus que les Humanistes ou la maigre escouade de Défi ) n’a pas été invité à faire entendre sa voix : la peur pour les invités de se voir rappeler leurs responsabilités dans la débâcle.

  • Posté par Marc HANS, lundi 30 décembre 2019, 12:17

    Que représente Défi et ses 2 élus au Fédéral contre les 12 d'un parti à gauche du PS ?

  • Posté par TIMMERMANS PIERRE, lundi 30 décembre 2019, 12:07

    Magnette veut "charleroiriser " la belgique . Résultat : chomage - pauvrete etc...... La flandre n'en veut pas. regionalisation 90% - 10 % federal et chaqu'un paye pour ses dépences. (finit les barronies )

Plus de commentaires

Aussi en Politique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs