Le superbe hommage de Sebastian Vettel à Michael Schumacher, six ans après le terrible accident: «Je suis et serai toujours le numéro 2 en Allemagne»

photo news
photo news

Le 29 décembre, cela faisait exactement six ans que Michael Schumacher a été victime d’un terrible accident de ski sur les pistes de Méribel. Depuis lors, après être sorti du coma quelques mois plus tard, le champion allemand n’est plus apparu publiquement. Et les informations concernant l’évolution de son état de santé étant aussi devenues rarissimes.

Pour ce triste anniversaire, Sebastian Vettel, quadruple champion du monde de Formule 1, s’est exprimé sur ARD, la chaîne de télévision allemande. « Je suis et serai toujours numéro deux ici, en Allemagne, mais cela ne me pose pas de problème », a révélé Vettel, le pilote de l’écurie Ferrari, qui voue une admiration sans limite pour son prédécesseur. « La possibilité de se rapprocher diminue de plus en plus, maintenant que les jeunes peuvent faire leurs preuves en Formule 1 et avec Hamilton qui est toujours dominant. Michael a beaucoup apporté à la F1 et à la course automobile en Allemagne. Quiconque vient après Schumacher doit faire la queue et savoir qu’il est derrière. Mais je le dis très naturellement. Je suis fier de mes origines, de mon pays et je n’ai aucun problème à dire que je suis heureux de piloter pour l’Allemagne ».

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • Après le volant qui tourne à gauche et à droite, Lewis Hamilton a expérimenté celui qui va d’avant en arrière...

    Par THIERRY WILMOTTE

    Formule 1

    Formule 1: «nouvelle direction» chez Mercedes

  • Rien de neuf sous le soleil de Barcelone ? Mercredi en tout cas, Hamilton s’est montré le plus rapide lors des premiers « essais hivernaux ».

    Par Thierry Wilmotte

    Formule 1

    Formule 1: une dernière saison qui pourra rimer avec pognon

  • PHOTONEWS_10852761-034

    Par Thierry Wilmotte

    Rallye

    Ott Tanak, 2e au rallye de Suède: «J’étais dans le cirage après le Monte-Carlo!»

 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Diego Aquilina.

    Menaces, duperies, cupidité: la face cachée d’Integrale

  2. Mercredi soir, Sabine Laruelle et Patrick Dewael ont été chargés d’une mission royale, un an et 63 jours après la chute du gouvernement Michel, 269 jours après les élections. Et l’on ne voit toujours rien venir... 
© Belga.

    Former un gouvernement. Comment font-ils ailleurs?

  3. «
La Monnaie 
! C’est ici que j’ai découvert mes premiers spectacles quand j’étais ado que mes parents m’emmenaient voir. Son directeur Peter de Caluwe y a fait venir «
Vessel
» sans l’avoir vu. Et il y a dix ans, on y créait «
Babel
» avec Larbi. Enfin, c’est quand même ici que la Belgique a surgi
: une révolution commencée par les arts
! Et c’est aujourd’hui la seule institution fédérale qui connecte encore notre Belgique divisée».

    Les racines élémentaires de Damien Jalet: «Madonna m’a aidé à vivre. J’avais 11 ans, j’étais fou de son énergie»

La chronique
  • Répondre au populisme?

    Ce début du XXIe siècle est marqué en Occident par le retour du populisme. Trump aux Etats-Unis, Bolsonaro au Brésil, Salvini en Italie, Orban en Hongrie, le Vlaams Belang en Belgique…, la liste est longue de ces leaders ou partis qui en appellent à la souveraineté du peuple pour s’affranchir des règles et des institutions, promouvoir un projet qui se dégage des cadres et des valeurs de l’Etat de droit. Ce constat soulève régulièrement une double question : faut-il discuter avec ceux et celles qui défendent un projet dangereux pour la démocratie ? Si oui, quelle stratégie adopter pour contrer un discours qui connaît un succès certain, parce qu’il vise cette part sombre que nous avons chacun en nous ?

    Faut-il répondre au populisme ?

    Faut-il débattre avec les populistes ? En Belgique, cette question se traduit ces derniers temps par « faut-il débattre avec l’extrême droite »...

    Lire la suite

  • Et si on mettait le cap sur Broadway?

    Il y a deux façons de considérer la communication avec les autres : avec le souci de les tirer vers le bas ou avec la volonté de les porter vers le haut.

    La première option est évidemment la plus facile. C’est celle adoptée, sauf bonne surprise de dernière minute, par certains groupes carnavaliers d’Alost soutenus par leurs autorités locales. Ce dimanche, cette petite ville ne sera pas regardée comme un de ces lieux si typiquement belges où l’on fait défiler des chars et des déguisements dans la...

    Lire la suite