Nouvel An à Bruxelles: au moins 60.000 personnes ont assisté au feu d’artifice à l’Atomium (photos)

De 50.000 à 60.000 personnes ont assisté mardi soir au feu d’artifice de la Ville de Bruxelles, au pied de l’Atomium, a indiqué en fin d’événement Mariana Bresciani, porte-parole de l’ASBL Brussels Major Events. Il s’agit d’une estimation communiquée aux organisateurs par la police sur place. La fréquentation sera précisée aux alentours du 10 janvier sur base de la téléphonie.

>Nouvel an à Bruxelles: plus de 180 arrestations et une dizaine de véhicules incendiés

Près de 57.000 personnes avaient pris part au feu d’artifice l’an dernier et environ 40.000 à celui du Nouvel An 2018, première édition organisée à l’Atomium. Le site, qui est divisé en quatre zones d’accueil pour le public, a une capacité d’accueil totale d’environ 70.000 personnes.

La soirée a commencé dès 21h30 avec le DJ Simon LeSaint, qui a mixé des tubes intemporels ou de l’année écoulée. L’ambiance était conviviale et le public varié. Le bourgmestre de la Ville de Bruxelles Philippe Close était présent pour l’événement. Des échassiers des compagnies «Girafes and Co» et «Cirque Indigo» ont effectué des déambulations lumineuses dans le public.

>Nouvel An: des feux signalés à Bruxelles, dont plusieurs à Molenbeek (vidéo)

A l’issue du décompte de minuit, un feu d’artifice a offert un spectacle de 18 minutes en musique au public. Mariana Bresciani précise que l’appel d’offres a imposé différents critères écologiques. L’artificier a en conséquence privilégié les produits européens ainsi que les matériaux recyclables. Les bouchons en plastique ont été supprimés. Les feux d’artifice dits silencieux qui avaient été testés par le SIAMU (Service d’Incendie et d’Aide Médicale Urgente de la Région de Bruxelles-Capitale) n’avaient pas reçu un avis positif étant donné que différents critères n’étaient pas remplis.

Le DJ a terminé la soirée avec de la musique jusqu’à 01h00 du matin.

Il n’y a pas eu d’incident signalé.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. PHOTONEWS_10722386-053

    La taxe de congestion divise un gouvernement bruxellois en pré-campagne électorale

  2. Caroline Désir, ministre de l’Enseignement.

    Coronavirus: calme, vigilance et hygiène seront de mise dans les écoles pour la rentrée lundi

  3. d-20200129-3YKG2R 2020-01-29 15:26:34

    Brexit: l’Irlande a-t-elle crié victoire trop vite?

La chronique
  • La fable du matoufé et du guacamole

    L’hiver est là et il nous donne une bonne raison de manger des plats que les diététiciens réprouvent. Vous connaissez sans doute le matoufé, cette omelette généreuse enrichie de lardons, de farine et de lait. Une préparation « émouvante par sa simplicité », s’en émerveille la Royale Confrérie du Matoufé de Marche-en-Famenne, où je suis né. Mon père m’en avait légué la recette un jour où il pensait sérieusement à sa postérité.

    Posés sur les tranches du pain croustillant tout juste sorti du four à bois de ma mère, ces œufs brouillés étaient une partie de mon « chez moi ». Avec le sanglier « qui a une longueur d’avance », l’eau ferrugineuse des pouhons célébrés par Guillaume Apollinaire et les anecdotes que mon père puisait dans son livre culte, Dure Ardenne, d’Arsène Soreil.

    J’ai parlé de ce plat, et je l’ai parfois même préparé, au gré de mes voyages. Il avait ce goût simple, rustique, rassurant, qui, dans toutes les cultures, évoque la chaleur du cocon familial, les grandes tablées après la moisson, le foot ou...

    Lire la suite

  • Les dangereuses conséquences politiques du coronavirus

    Le coronavirus est d’abord et avant tout un défi sanitaire mondial, évidemment. Avec un questionnement scientifique et la mise en place nécessaire de mesures à la fois fortes et proportionnées pour endiguer l’épidémie. Mais la maladie, qui est installée désormais au centre de l’attention de toute la planète, est, et de plus en plus, un révélateur démocratique. Quand on voit, de Rome à Paris en passant par Pékin, comment le virus s’invite sur la scène politique et les dégâts qu’il y fait, on s’inquiète autant, si pas plus, à ce propos que...

    Lire la suite