Autriche: accord de gouvernement entre la droite de Sebastian Kurz et les Verts

Reuters
Reuters - Le conservateur Sebastian Kurz (à gauche) et le chef des écologistes Werner Kogler

Le conservateur Sebastian Kurz et les Verts ont scellé mercredi soir un accord de coalition signant le retour à la chancellerie du jeune dirigeant chrétien-démocrate qui a gouverné jusqu’en mai avec l’extrême droite. « Nous sommes parvenus à réunir le meilleur des deux mondes », a déclaré le leader de l’ÖVP lors d’une conférence de presse à Vienne.

« Le parti ÖVP et les Verts se sont entendus sur un programme de gouvernement », a indiqué à l’AFP un responsable de la formation écologiste qui va pour la première fois participer à une coalition gouvernementale.

Le chef des conservateurs autrichiens Sebastian Kurz s’est félicité mercredi d’avoir trouvé avec les Verts un « excellent » accord de gouvernement au terme de discussions qui ne furent « pas faciles » entre deux partis « très différents ».

« Nous sommes parvenus à réunir le meilleur des deux mondes », a déclaré le leader de l’ÖVP lors d’une conférence de presse à Vienne aux côtés de Werner Kogler, chef du parti écologique Die Grünen qui va faire son entrée au gouvernement pour la première fois.

Plus de « justice sociale »

M. Kogler, qui va devenir vice-chancelier de la nouvelle équipe dirigée par Sebastian Kurz, s’est réjoui que les deux formations aient réussi « à bâtir des ponts » pour « le futur de l’Autriche », s’engageant à plus de « justice sociale » et à d’importantes mesures dans la lutte contre le réchauffement climatique. « Nous avons atteint une entente plus large que nous le pensions en matière de protection du climat », a assuré le chef des Verts. Le contenu du pacte gouvernemental sera présenté jeudi.

Les Verts, ancrés à gauche, ont été de virulents opposants à la politique d’immigration, de sécurité et aux choix budgétaires du gouvernement qu’a dirigé Sebastian Kurz, 33 ans, avec le parti d’extrême droite FPÖ durant 18 mois.

Cette coalition a volé en éclat en mai lorsque le chef de l’extrême droite a été compromis dans un scandale de corruption qui a conduit à la convocation d’élections législatives anticipées le 29 septembre.

Vainqueur de ce scrutin, le parti conservateur s’est tourné vers les écologistes avec lesquels il a négocié durant trois mois pour former une coalition.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous