D1B: Frédéric Frans quitte le Lierse pour le Beerschot

D1B: Frédéric Frans quitte le Lierse pour le Beerschot
Belga

Le Beerschot (D1B) a annoncé jeudi l’arrivée de Frédéric Frans, le défenseur central du Lierse, qui évolue en division amateur cette saison. Frédéric Frans a signé un contrat de 2 saisons et demie au Kiel, jusqu’en juin 2022.

Figure du Lierse, Frédéric Frans, 30 ans, avait quitté une première fois la chaussée du Lisp pour une aventure en Ecosse qui l’a mené à Partick Thistle de 2014 à 2016. Après un retour au bercail, il avait encore joué une saison à Dundee United avant de regagner son club à l’aube de la saison dernière.

Frédéric Frans a rejoint l’Espagne pour y retrouver ses nouveaux coéquipiers. Mercredi, le Beerschot avait annoncé déjà l’arrivée jusqu’en fin de saison (avec option pour la prochaine saison) d’un autre défenseur, le Français Baptiste Aloé, 25 ans, en provenance de Valenciennes.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Pour Kristalina Georgieva, directrice générale du FMI, le coronavirus met «
en péril
» la reprise de l’économie mondiale.

    Coronavirus: l’inquiétude gagne les places boursières

  2. belgaimage-160176691-full

    Bouchez sur la taxe congestion: «Le PS est coincé entre Ecolo et la soi-disant défense des classes populaires»

  3. «
L’objectif de ce qu’on fait, c’est de faire les choses différemment et mieux
», se défend Boris Johnson.

    Brexit: Boris Johnson ressort la menace d’une sortie sans accord

La chronique
  • La fable du matoufé et du guacamole

    L’hiver est là et il nous donne une bonne raison de manger des plats que les diététiciens réprouvent. Vous connaissez sans doute le matoufé, cette omelette généreuse enrichie de lardons, de farine et de lait. Une préparation « émouvante par sa simplicité », s’en émerveille la Royale Confrérie du Matoufé de Marche-en-Famenne, où je suis né. Mon père m’en avait légué la recette un jour où il pensait sérieusement à sa postérité.

    Posés sur les tranches du pain croustillant tout juste sorti du four à bois de ma mère, ces œufs brouillés étaient une partie de mon « chez moi ». Avec le sanglier « qui a une longueur d’avance », l’eau ferrugineuse des pouhons célébrés par Guillaume Apollinaire et les anecdotes que mon père puisait dans son livre culte, Dure Ardenne, d’Arsène Soreil.

    J’ai parlé de ce plat, et je l’ai parfois même préparé, au gré de mes voyages. Il avait ce goût simple, rustique, rassurant, qui, dans toutes les cultures, évoque la chaleur du cocon familial, les grandes tablées après la moisson, le foot ou...

    Lire la suite