Accueil Opinions Chroniques Vous avez de ces mots

«Vous avez de ces mots»: {Alarmant} ou {alarmiste}?

Cette chronique n’est ni catastrophiste, ni – je l’espère – catastrophique…

Chronique - Chroniqueur Temps de lecture: 5 min

Il faut bien distinguer alarmant et alarmiste  » twittait récemment Jean-Pascal van Ypersele au sujet des rapports du Giec. Lesquels, pour l’ancien vice-président du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat, sont alarmants , mais pas alarmistes . Il ne m’étonnerait pas que plus d’un lecteur se soit alarmé devant ce distinguo pertinemment rappelé. Moins en raison de son éco-anxiété que de son insécurité linguistique : il y a bien une différence entre ces paronymes, mais laquelle exactement ?

Suffixes -iste et -ique

L’une des principales sources d’enrichissement de la langue française est la dérivation, opération qui permet de créer une nouvelle unité par l’ajout d’un affixe (préfixe ou suffixe) à un mot existant. Ce mécanisme est à l’œuvre en permanence et continue d’alimenter la langue en innovations. Dans le plus récent millésime du Petit Robert , vous pouvez découvrir des néologismes issus d’une préfixation, comme biomolécule, écopâturage, transphobie  ; dans celui du Petit Larousse , vous trouvez de nouvelles entrées issues d’une suffixation, comme apatridie, gazéificateur, suprémacisme.

Un des suffixes les plus productifs est sans conteste -iste . Le nom qui le contient peut désigner des personnes exerçant une activité en rapport avec l’élément de base du mot : alpiniste, journaliste, secouriste . Ou des personnes adhérant à un système de croyances, à un mode de vie : animiste, intégriste, naturiste . Dans ce dernier cas, un adjectif est également possible, en plus du nom : capitaliste, gauchiste, traditionnaliste . Le suffixe -iste est souvent associé au suffixe -isme présent dans des noms qui désignent une activité, une croyance, une attitude : journalisme, animisme, naturisme . Mais ce rapprochement n’est pas systématique : on cherchera en vain un dérivé en -isme correspondant à chimiste, dentiste ou gréviste.

Plus productif encore est le suffixe -ique . Il sert à former des adjectifs, notamment dans la terminologie scientifique et technologique : désertique, gastrique, ludique . Lui aussi peut être rapproché du suffixe -isme et, par voie de conséquence, du suffixe -iste . C’est là qu’une difficulté surgit : il existe plusieurs paires d’adjectifs paronymes, comme écologique / écologiste, pacifique / pacifiste, utopique / utopiste , où s’oppose la « relation à (l’écologie, la paix, l’utopie) » et la « prise de position en faveur de (l’écologie, la paix, l’utopie) ». On distinguera islamique « qui a rapport à l’islam » ( loi islamique, voile islamique ) de islamiste « qui est relatif à l’islamisme » et donc à la promotion de l’islam ( militant islamiste, radicalisme islamiste ). De même, on évitera de confondre alchimique et alchimiste, catastrophique et catastrophiste, empirique et empiriste , etc.

Les paires paronymiques qui précèdent sont à différencier de celles formées par des noms en -ist e et quelques dérivés féminins en -ique en rapport avec des sciences, des arts ou des techniques : botaniste / botanique, linguiste / linguistique, polémiste / polémique . Ici, la classe grammaticale permet de distinguer les paronymes. Mais, parfois, les deux séries s’entrecroisent, comme dans hygiéniste et hygiénique . Ce dernier qualifie ce qui a rapport à l’hygiène ( papier hygiénique ) ou ce qui favorise l’hygiène ( promenade hygiénique ). Quant à hygiéniste, il peut être un nom (« médecin spécialiste des questions d’hygiène ») ou un adjectif (« qui respecte strictement les règles d’hygiène ») en lien avec hygiénisme.

Suffixes -iste et -ant

Et ce alarmant à ne pas confondre avec alarmiste  ? Constatons d’abord que les paires paronymiques composées d’un adjectif issu d’un participe présent et d’un dérivé en -iste ne sont pas légion. Souvent, un des deux termes manque à l’appel : attirant n’est pas flanqué de º attiriste , pas plus que activiste ne subit la concurrence de activant ou arriviste celle de arrivant . Le tiercé paronymique est rare, mais pas inexistant : c’est le cas de l’adjectif pacifiant , distinct de pacifiste et de pacifique .

Attardons-nous sur les paires dirigeant / dirigiste et militant / militantiste (rare). Lorsque dirigeant et militant sont employés nominalement, la confusion n’est guère à craindre, même s’il est question d’un dirigeant qui est dirigiste (« partisan du dirigisme ») ou d’un pléonastique militant militantiste . Lorsque ces formes deviennent des adjectifs, une distinction similaire à celle proposée pour les paires -ique /-iste opère : dirigeant qualifie une personne ou un groupe qui dirige ( les classes dirigeantes ), dirigiste est en rapport avec le dirigisme. L’adjectif militant s’applique à une personne ou un groupe qui milite ; militantiste qualifie ce qui est relatif au militantisme.

Alarmant et alarmiste illustrent un cas de figure analogue. Alarmant ne connaît que des emplois adjectivaux, pour qualifier ce qui est alarmant ou de nature à alarmer : des bruits alarmants, une situation alarmante, un état alarmant. Alarmiste peut être employé nominalement, pour désigner une personne qui fait preuve d’alarmisme, c’est-à-dire d’une tendance à répandre intentionnellement des nouvelles alarmantes. Mais alarmiste peut également fonctionner comme adjectif. Des propos alarmistes ne sont pas alarmants, c’est-à-dire de nature à alarmer : ils qualifient plutôt ce qui relève de l’alarmisme, d’une attitude prompte à envisager le pire (et à le faire savoir).

On comprend donc que des experts puissent produire un rapport alarmant, sans verser dans des dérives alarmistes relevant d’un alarmisme de mauvais aloi. Cette distinction sémantique, même si elle peut paraître ténue, mérite d’être maintenue pour transmettre une information précise sur le contenu dudit rapport. Il en va de même pour bien d’autres paronymes, d’utilisation parfois anarchique. Et même anarchiste, mais seulement chez les irréguliers du langage, qui font florès dans notre terre de grammairiens…

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

4 Commentaires

  • Posté par Collet Didier, mardi 7 janvier 2020, 12:40

    De rien, mais c'est vrai que c'est étrange ce «traditionaliste» alors qu'on écrit «traditionnel», «traditionnellement»... Cela pourrait faire l'objet d'une autre chronique? Bien à vous.

  • Posté par Francard Michel, mercredi 8 janvier 2020, 14:18

    Nous avons eu la même idée ! Si la matière est suffisante, ce sera fait. Encore merci pour votre vigilance...

  • Posté par Collet Didier, lundi 6 janvier 2020, 14:37

    Plutôt «traditionaliste» avec un seul «n»...

  • Posté par Francard Michel, lundi 6 janvier 2020, 22:12

    Vous avez raison ! Merci de votre lecture attentive...

Aussi en Vous avez de ces mots...

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs