Près de 800.000 kilos de déchets encore dans la mer du Nord, un après qu’un bateau perde sa cargaison

Photo d’illustration
Photo d’illustration - Angela Compagnone

Il y a encore 800.000 kilos de déchets dans la mer, selon Stichting De Noordzee (la Fondation de la mer du Nord, NDLR), après la perte par un navire, il y a exactement un an ce jeudi, de 342 conteneurs. Ils étaient passés par-dessus bord au large des côtes des Pays-Bas et de l’Allemagne.

La fondation a créé une œuvre d’art à partir de déchets rejetés sur les plages des îles Wadden et sur la côte de la Frise et de Groningue. Elle veut ainsi rappeler la nécessité de nettoyer correctement la mer.

Le navire appartenait à la compagnie maritime MSC. Au total, 342 conteneurs ont perdu leur cargaison, y compris des bicyclettes, des chaussures, des couvertures, des tabourets et un tas de petits granulés de plastique.

La catastrophe a provoqué le rejet en mer de 3,2 millions de kilos de déchets, en ce compris les conteneurs. L’opération de nettoyage a duré des mois et mobilisé plusieurs centaines de bénévoles.

Plusieurs enquêtes sont encore en cours. Une partie des 800.000 kilos de déchets n’a pas encore été localisée.

Sur le même sujet
Pays-Bas
 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. La menace est bien moins grave que d’autres maladies ou d’autres risques. La grippe saisonnière contamine bien plus de Belges que le coronavirus.

    Coronavirus: la Belgique évalue et se tient prête

  2. Entre 2.000 et 3.000 bovins sont vendus chaque semaine à Ciney.

    Le plus grand marché aux bestiaux du pays menacé de fermeture

  3. ballen 1

    Art: à la Centrale électrique, dans la tête de Roger Ballen

La chronique
  • La chronique de Véronique Lamquin: à Bruxelles, le Canal n’est pas une frontière

    Sur la carte, c’est un liseré bleu pâle, strié d’une vingtaine de traits plus ou moins gros. C’est qu’il y a des ponts qui charrient des bandes de circulation en mode entonnoir déversoir, comme Van Praet, d’autres qui ne supportent que des voies, de métro ou de train. Vingt traits d’union entre les deux rives, c’est peu, sur quatorze kilomètres… Sur la carte mentale de beaucoup de Bruxellois(es) c’est une frontière que l’on franchit par contrainte plus que par choix. Du moins dans un sens. Le passage vers l’ouest ne va pas de soi, dicté par un travail, un dîner, un concert, et non par réflexe. A l’inverse, la traversée vers l’est s’impose parce que le centre, c’est magnétique et que le sud, ça fait envie. Dans les discours, c’est une faille, avec tous les sens qui s’expriment. Une discontinuité qui s’est installée entre deux morceaux d’une même surface ; le point faible du propos urbain ; la cassure entre deux villes qui ne sont qu’une, Bruxelles.

    Cette ligne qui coupe la Région en deux, c’est le Canal – 60.000 personnes et 6,2 millions de tonnes de marchandises par an....

    Lire la suite

  • Coronavirus: un exercice de haute voltige

    L’épidémie de coronavirus est aussi une épidémie de questions qui restent sans réponse. D’où vient exactement la maladie ? Les autorités chinoises ont-elles tardé à la combattre ? Qui est le patient zéro à l’origine de son extension à l’Italie ? Et, surtout, sommes-nous vraiment prêts à affronter ce virus ?

    Deux mots caractérisent cette problématique : précaution et psychose.

    Devant l’urgence, le principe de précaution s’est imposé. Il...

    Lire la suite