Trump met en garde Erdogan contre toute «interférence étrangère» en Libye

Trump met en garde Erdogan contre toute «interférence étrangère» en Libye
AFP

Le président américain Donald Trump a mis en garde jeudi son homologue turc Recep Tayyip Erdogan contre toute « interférence étrangère » en Libye, au moment où le Parlement turc a autorisé ce dernier à déployer l’armée dans ce pays en guerre.

« Les deux dirigeants ont évoqué des questions bilatérales et régionales. Le président Trump a souligné que l’interférence étrangère compliquait la situation en Libye », a indiqué la Maison Blanche dans un bref compte-rendu de l’appel.

La Libye est devenue le théâtre d’une lutte d’influence entre deux camps : d’un côté, la Turquie et le Qatar, qui appuient le Gouvernement d’union nationale (GNA), et de l’autre l’Arabie saoudite, les Émirats arabes unis et l’Égypte, qui soutiennent les forces de l’homme fort de l’Est libyen, le maréchal Khalifa Haftar, qui s’efforce de prendre Tripoli.

Après le feu vert des députés turcs, il appartient à Recep Tayyip Erdogan de décider s’il envoie des troupes dans ce pays séparé de la Turquie par la Méditerranée, ou si le soutien militaire prendra une autre forme.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • La vie d’Hosni Moubarak - ici, en décembre 2018 - s’était arrêtée le 11 février 2011, lorsque les événements – le printemps arabe et l’attitude de l’armée, dont il venait – l’ont forcé à la démission.

    Mort d’un immobiliste: Moubarak, ancien président égyptien, n’est plus

  • Derrière la façade ultra-moderne que le régime bâtit à Kigali, les marchés, populaires et traditionnels, rencontrent toujours un grand succès, dans la capitale comme dans le reste du pays.

    Par Colette Braeckman

    Afrique

    La mue spectaculaire du Rwanda ne profite pas à tous

  • Le Premier ministre Elyes Fakhfakh (à g.) a présenté, mercredi, la liste de son gouvernement au chef de l’État, Kais Saied.

    Par Thierry Brésillon

    Afrique

    Tunisie: la crise se dénoue, mais les tensions subsistent

 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Chan Bao - nom d’emprunt -, infirmière à Wuhan, a dû être hospitalisée d’urgence
: «
Pour la première fois, j’ai pensé que je pourrais mourir
».

    A Wuhan, le coronavirus décime le personnel soignant: «Mon étage est rempli de mes collègues»

  2. Aucune destination européenne n’a été placée sous un avis négatif du SPF Affaires étrangères. Autrement dit, pas question en l’état d’obtenir l’annulation et le remboursement du voyage qui avait été préalablement réservé.

    Coronavirus: puis-je annuler mon voyage? Tout dépend... du SPF Affaires étrangères

  3. Le 19 février en soirée, le roi Philippe reconduit Sabine Laruelle (MR) et Patrick Dewael (VLD), nouveaux chargés de mission royale.

    Négociations fédérales: un an de discussions en coulisses. Est-ce bien démocratique?

La chronique
  • Lettre du Brexit: recherche candidats «bizarres et curieux» désespérément!

    Par Marc Roche

    Recherche candidats « bizarres et curieux » pour vaste réforme de l’État. Cette petite annonce aurait pu être rédigée par Dominic Cummings en vue de réaliser sa nouvelle mission : révolutionner de fond en comble la haute fonction publique britannique. Le bras droit de Boris Johnson a fait appel « aux vrais jokers, aux artistes, à ceux qui ne sont jamais allés à l’université ou qui se sont extirpés par eux-mêmes d’un trou d’enfer » pour mener à bien l’opération de chambardement.

    Cet influent libertaire a été chargé de l’un des chantiers les plus lourds du programme de Boris Johnson : le chamboulement de Whitehall, le cœur névralgique de la haute administration centrale.

    Potentiellement, il s’agit du projet public le plus ambitieux depuis la mise en place de l’État Providence par le gouvernement travailliste de Clement Attlee, en 1945. Sauf qu’en 2020, c’est la droite populiste qui est à la manœuvre.

    Le principal conseiller du « 10 » estime que la machine de l’État est...

    Lire la suite

  • Coronavirus: entre psychose et précaution, un exercice de haute voltige

    L’épidémie de coronavirus est aussi une épidémie de questions qui restent sans réponse. D’où vient exactement la maladie ? Les autorités chinoises ont-elles tardé à la combattre ? Qui est le patient zéro à l’origine de son extension à l’Italie ? Et, surtout, sommes-nous vraiment prêts à affronter ce virus ?

    Deux mots caractérisent cette problématique : précaution et psychose.

    Devant l’urgence, le principe de précaution s’est imposé. Il...

    Lire la suite