Accueil Opinions Éditos

Records dans le secteur aérien: en quête d’une croissance qui serait (enfin) vertueuse

Qu’il s’agisse de l’aéroport de Bruxelles-National, de celui de Charleroi ou de Liège, les records n’en finissent plus de tomber.

Article réservé aux abonnés
Chef du service Economie Temps de lecture: 3 min

Les records n’en finissent plus de tomber dans le secteur aérien. En particulier en Belgique, ce petit pays au cœur de l’Europe qui a fait de la croissance de ses aéroports un des piliers de sa croissance tout court. Qu’il s’agisse de Bruxelles-National, un poids lourd qui fait la fierté de la Flandre, de la plateforme de Charleroi dont le développement, en deux décennies à peine, s’apparente à une trop rare success story en Wallonie, ou encore de Liege Airport, dont les plus hautes autorités ont vanté les mérites aux Chinois afin d’y attirer le géant de l’e-commerce Alibaba, tous les chiffres sont dans le vert.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

8 Commentaires

  • Posté par Beckers Jean, samedi 4 janvier 2020, 1:42

    Le titre de votre édito aurait dû être : " nous volons dans un avion sans pilote" comme vous l'écrivez -si timidement- en fin de texte. Et non pas bêler après "une croissance qui serait (enfin) vertueuse", votre titre. Mr July, vous bercez vos lecteurs d'illusion. L'amazonie, la Sibérie et l'Australie brûlent. Et il faut continuer à faire croire que l'on pourra continuer ainsi à jets de croissance indéfinie et vertueuse ? 10 milliards de terriens vont pouvoir continuer vertueusement à s'éclater en avion ? Vous rêvez, et vous trompez vos lecteurs ! C'est très grave. Irresponsable.

  • Posté par Bizoux JM, vendredi 3 janvier 2020, 15:41

    Les retombées polluantes ne sont plus à mettre en exergue : presque tout un chacun en est conscient ! Si on accuse le coup au niveau climatique, on finit par moins parler du coût de la pollution sur notre santé et donc sur les finances publiques que nous alimentons pour pallier cette conséquence. Et en la matière, quel serait le deal fiscal qui permet à certains groupes d'être si "low cost" : ne finirions nous pas par aussi payer pour faire voler ? ...ce qui nous coûte et remplit les poches des administrateurs et gros actionnaires aux commandes de cette flotte de compagnies ! On parle tellement peu de ces chiffres-là.

  • Posté par Philippe Pasman, vendredi 3 janvier 2020, 15:33

    M. Lambert cela fait plus de 30 ans que certains scientifiques nous mettent en garde contre cette surconsommation et ce gaspillage je pense notamment à Haroun Tazieff qui nous affirmait, à l'époque, que la prochaine guerre serait pour l'eau potable et vous apparemment vous vous réveillez maintenant. Vous avez hiberné pendant toutes ces années ? -:)

  • Posté par LAMBERT André, samedi 4 janvier 2020, 1:22

    Endormez-vous !!! Vous êtes un négationniste de la pire espèce !!!

  • Posté par Deckers Björn, vendredi 3 janvier 2020, 11:07

    Remise en cause d'autant plus salutaire que comme le dit très bien l'article, la croissance, les investissements et la création d'emploi sont depuis si longtemps la seule grille de lecture. "Youpie", les investissements fondent sur la Wallonie et leur cortège d'emplois "modernes" (manutentionnaires d'Alibaba...) ou post-modernes quand ils auront été remplacé par l'automation et l'IA. Est-ce ainsi que les hommes vivent? Malaise... En 2020, commencer par la très enrichissante interview de Eloi Laurent dans le numéro du 02/01 et s'en inspirer. Il faut tourner le dos à la religion de la croissance et en même temps partager plus justement. Il faut entre autres, d'urgence rétablir la lutte pour la diminution du temps de travail et taxer toutes les formes de productions automatisées à hauteur sinon plus même de la contribution sociale sur le travail. Nous devons aussi enfin taxer le kérosène, à même niveaux d'accises que le carburant des bagnoles. Et tant mieux si ça rend le gadget made in China plus cher que celui made in Slovénie. Nous avons besoin de plus de vie, et certainement pas de plus de gadget made in China. Pour ma part, ça fait deux ans que j'ai entamé la décroissance (moins et mieux consommer). ça rend libre et heureux. En 2020, libérez vous de la tyrannie du "toujours plus". Faites vous plaisir ;p)

Plus de commentaires

Aussi en Éditos

Voir plus d'articles
La Une Le fil info Commentaires Partager

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs