Proximus League: OHL en appel auprès de la CBAS pour la défaite par forfait contre l’Union

©Photonews
©Photonews

Oud-Heverlee Louvain a décidé d’aller en appel auprès de la Cour belge d’arbitrage pour le sport (CBAS) après la décision de la Commission des litiges de l’Union belge de football de lui infliger une défaite par forfait suite à l’arrêt du match contre l’Union Saint-Gilloise en raison d’une panne de courant, le 1er novembre. C’est ce que le club de Proximus League a annoncé vendredi.

« Le club est déçu que la Commission des litiges n’a pas répondu aux arguments avancés lors de l’audience et soutenus par les documents nécessaires. C’est pourquoi OH Louvain a décidé d’interjeter appel auprès de la Cour belge d’arbitrage pour le sport », a annoncé OHL.

En raison d’une panne de courant dans le stade Den Dreef, le choc de la Proximus League entre OHL et l’Union a été arrêté après 54 minutes le 1er novembre dernier. Après quatre interruptions, pour arriver à l’attente maximale de 30 minutes, l’arbitre Vermeire a renvoyé définitivement les deux équipes au vestiaire.

La décision n’a toutefois pas d’impact sur la première tranche, remportée de toute façon par l’OHL. L’Union, qui empoche trois points au classement cumulé des deux tranches, est désormais à deux longueurs du leader Virton.

Au classement de la seconde tranche, les Unionistes sont 3e avec 9 unités, deux longueurs derrière le Beerschot. OHL, déjà qualifié pour la finale de la D1B grâce au gain de la première tranche, est 7e (7 pts).

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Elaborer des vaccins et des traitements prend du temps. Dans l’urgence, les chercheurs testent des molécules efficaces contre d’autres virus.

    Comment un laboratoire belge traque le coronavirus

  2. En 2020, la liste des travaux en attente flirte avec les 113
millions d’euros alors qu’il y a moins de 20
millions à distribuer.

    Ecoles: quatre classes sur dix risquent la fermeture dans les 5 à 10 ans

  3. © Photo News.

    Au Parlement, la coalition Vivaldi se démarque pour voter les lois

La chronique
  • Du triomphe des Verts à l’écologie comme religion

    Top là !… Les écologistes autrichiens n’ont pas longtemps hésité avant de signer un accord de gouvernement avec la droite très conservatrice autrichienne.

    Les « Grünen » allemands s’apprêtent à les imiter.

    Trois semaines plus tard, à Paris, l’extrême gauche écolo-anarchisante d’« Extinction-Rebellion » s’attaquait à des succursales bancaires et dégradait, après les avoir envahis, les locaux de la société financière BlackRock.

    Entre les deux événements, c’est le centrisme macronien qui décidait de se repeindre en vert. En vert cru.

    Il existe également un écologisme d’extrême droite, rappelait opportunément Le Figaro  : l’immigration désignée comme une pollution. La ruralité opposée à la ville corruptrice, retour à la terre. Le refus de la PMA ou de la GPA assimilé à un refus des OGM. Contre l’atteinte à l’intégrité de la nature, contre...

    Lire la suite