Evacuer les ressortissants d’Irak? Les Belges se concertent avec les Européens

Evacuer les ressortissants d’Irak? Les Belges se concertent avec les Européens

Une « consultation est en cours » entre pays européens pour déterminer s’il convient d’appeler les ressortissants de l’Union européenne à quitter l’Irak, nous a indiqué en fin de matinée le porte-parole de la diplomatie belge, Karl Lagatie. Cette concertation se déroule actuellement en premier lieu entre les représentations diplomatiques européennes sur place. Pour la Belgique, c’est l’ambassade belge en Jordanie qui est compétente pour l’Irak, où notre pays ne dispose pas de représentation diplomatique. Une position commune pourrait être décidée plus tard dans la journée, ajoute le porte-parole.

Une centaine de Belges se trouveraient actuellement en Irak, dont quelque 35 à Bagdad, la capitale, où un raid meurtrier américain a tué vendredi le puissant général iranien Qassem Soleiman, suscitant un vif regain de tension dans la région. Il s’agit des Belges qui ont signalé leur présence dans ce pays auprès des Affaires étrangères, vraisemblablement davantage des résidents travaillant en Irak que de simples touristes.

> Général iranien tué sur ordre de Trump: le président irakien prédit «une guerre dévastatrice»

Les Pays-Bas n’ont manifestement pas attendu l’issue de la concertation intra-européenne : La Haye a déjà appelé ses ressortissants à quitter Badgad, du moins s’ils peuvent le faire « en sécurité », selon le ministère néerlandais des Affaires étrangères, cité par l’agence de presse Belga. Les Etats-Unis ont appelé les Américains à quitter les lieux « immédiatement ».

« Notre “avis de voyage” est déjà assez clair », relève entre-temps Lagatie : « Tous » les voyages en Irak sont déjà « déconseillés », sauf pour la région autonome du Kurdistan, pour laquelle seuls les voyages « non essentiels » sont déconseillés. Les Affaires étrangères belges conseillent en tout cas « la plus grande prudence », « en raison notamment d’actes terroristes, d’enlèvements et de la présence d’engins explosifs non-explosés ».

La situation en Iran fait évidemment aussi l’objet d’un réexamen.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. La vigilance s’impose avant l’achat d’un bien pour ne pas être dépassé par des coûts imprévus.

    Vices cachés: l’acheteur démuni face aux mauvaises surprises

  2. John Lelangue pose à côté de la voiture Molteni, «
qui était souvent à la maison
» quand il était plus jeune.

    Les managers du cyclisme belge: John Lelangue est tombé dedans quand il était petit

  3. C’est en 2013, sous la direction de Mickael Coedel, que Mr Hublot le comptable vieux garçon qui n’a jamais mis le nez hors de chez lui, s’est finalement animé.

    Festival Anima: le «Frenchie» de l’animation américaine

La chronique
  • La fable du matoufé et du guacamole

    L’hiver est là et il nous donne une bonne raison de manger des plats que les diététiciens réprouvent. Vous connaissez sans doute le matoufé, cette omelette généreuse enrichie de lardons, de farine et de lait. Une préparation « émouvante par sa simplicité », s’en émerveille la Royale Confrérie du Matoufé de Marche-en-Famenne, où je suis né. Mon père m’en avait légué la recette un jour où il pensait sérieusement à sa postérité.

    Posés sur les tranches du pain croustillant tout juste sorti du four à bois de ma mère, ces œufs brouillés étaient une partie de mon « chez moi ». Avec le sanglier « qui a une longueur d’avance », l’eau ferrugineuse des pouhons célébrés par Guillaume Apollinaire et les anecdotes que mon père puisait dans son livre culte, Dure Ardenne, d’Arsène Soreil.

    J’ai parlé de ce plat, et je l’ai parfois même préparé, au gré de mes voyages. Il avait ce goût simple, rustique, rassurant, qui, dans toutes les cultures, évoque la chaleur du cocon familial, les grandes tablées après la moisson, le foot ou...

    Lire la suite