Espagne: la Commission électorale ordonne la destitution du président catalan indépendantiste

Espagne: la Commission électorale ordonne la destitution du président catalan indépendantiste
AFP

La Commission électorale centrale a ordonné vendredi en Espagne que l’indépendantiste catalan Quim Torra soit déchu de ses fonctions de député régional, ce qui impliquerait qu’il perde la présidence de la région.

Cette décision suit la condamnation en décembre de Quim Torra pour «désobéissance», pour avoir refusé de retirer des emblèmes séparatistes de la façade du siège du gouvernement régional pendant une campagne électorale.

« Oui, j’ai désobéi », avait reconnu M. Torra lors de son procès. « Mais c’est parce qu’il était impossible d’obéir à un ordre illégal », avait-il ajouté, en se prévalant de la liberté d’expression.

Sur le même sujet
Élections nationales
 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Elaborer des vaccins et des traitements prend du temps. Dans l’urgence, les chercheurs testent des molécules efficaces contre d’autres virus.

    Comment un laboratoire belge traque le coronavirus

  2. En 2020, la liste des travaux en attente flirte avec les 113
millions d’euros alors qu’il y a moins de 20
millions à distribuer.

    Ecoles: quatre classes sur dix risquent la fermeture dans les 5 à 10 ans

  3. © Photo News.

    Au Parlement, la coalition Vivaldi se démarque pour voter les lois

La chronique
  • Du triomphe des Verts à l’écologie comme religion

    Top là !… Les écologistes autrichiens n’ont pas longtemps hésité avant de signer un accord de gouvernement avec la droite très conservatrice autrichienne.

    Les « Grünen » allemands s’apprêtent à les imiter.

    Trois semaines plus tard, à Paris, l’extrême gauche écolo-anarchisante d’« Extinction-Rebellion » s’attaquait à des succursales bancaires et dégradait, après les avoir envahis, les locaux de la société financière BlackRock.

    Entre les deux événements, c’est le centrisme macronien qui décidait de se repeindre en vert. En vert cru.

    Il existe également un écologisme d’extrême droite, rappelait opportunément Le Figaro  : l’immigration désignée comme une pollution. La ruralité opposée à la ville corruptrice, retour à la terre. Le refus de la PMA ou de la GPA assimilé à un refus des OGM. Contre l’atteinte à l’intégrité de la nature, contre...

    Lire la suite