Mort du général iranien Soleimani: Pompeo reproche aux Européens de ne pas avoir été «utiles»

Mort du général iranien Soleimani: Pompeo reproche aux Européens de ne pas avoir été «utiles»
AFP

Dans une interview vendredi à la chaîne de télévision Fox News, M. Pompeo a expliqué avoir été en contact téléphonique avec des dirigeants du monde entier pour évoquer avec eux cette attaque qui a provoqué la fureur des Iraniens.

« J’ai parlé à nos partenaires dans la région pour leur expliquer ce que nous faisions, pourquoi nous le faisions, et pour leur demander leur assistance. Tous ont été fantastiques », a-t-il dit.

« Mais mes discussions avec nos partenaires dans d’autres endroits n’ont pas été aussi bonnes. Franchement, les Européens n’ont pas été aussi utiles que j’aurais espéré qu’ils le soient », a-t-il ajouté.

Selon lui, « les Britanniques, les Français, les Allemands, tous doivent comprendre que ce que nous avons fait, ce que les Américains ont fait, a permis également de sauver des vies en Europe ».

« C’était une bonne chose pour le monde entier et nous appelons chacun dans le monde à soutenir l’action des Etats-Unis pour faire en sorte que la République islamique d’Iran se comporte simplement comme une nation normale », a poursuivi M. Pompeo. Washington a assuré que le général Soleimani était en train de préparer des « actions violentes » visant notamment des Américains.

A l’exception notable d’Israël qui a approuvé le raid des Américains, la majorité des dirigeants mondiaux, notamment les Européens, se sont gardés d’apporter un tel soutien.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Margaux de Ré (Ecolo).

    Bruxelles: trop de femmes à la commission des droits des femmes?

  2. DF-05385

  3. Boris Dilliès se lance dans la course à la présidence de la régionale, face à David Leisterh.

    Boris Dilliès au «Soir»: «Les libéraux bruxellois n’ont plus d’identité»

La chronique
  • Négociations fédérales: le citoyen a besoin d’honnêteté intellectuelle, pas de mépris

    Le PS et la N-VA sont depuis quelques jours en réunion ininterrompue. Les frères ennemis ne se quitteraient plus et on est en droit d’espérer que cette fois c’est la bonne et qu’après huit mois, on aura droit à de l’honnêteté intellectuelle de part et d’autre, permettant de donner une fois pour toutes une réponse à la question de leur (im)possible route commune au gouvernement.

    Paul Magnette, président du PS, a (re)dressé la liste du programme que les socialistes souhaitent et sur lequel ils ont...

    Lire la suite