«Pas de guerre contre l’Iran»: des manifestants défilent aux États-Unis

En scandant « pas de guerre contre l’Iran » et « les USA hors du Proche-Orient », des manifestants se sont rassemblés samedi à Washington, New York et à travers les États-Unis après la frappe américaine qui a tué le puissant général iranien Qassem Soleimani.

Devant la Maison Blanche, ils étaient environ 200 à se rassembler à l’appel d’organisations de gauche. Derrière le mot d’ordre « Retrait des USA d’Irak maintenant ! Et pas de guerre et de sanctions contre l’Iran ! », elles avaient convoqué ces manifestations dans quelque 70 villes.

« Nous ne permettrons pas que notre pays soit entraîné dans une autre guerre inconsciente », a lancé l’un des organisateurs à la petite foule, qui s’est ensuite dirigée vers l’hôtel Trump, non loin de la Maison Blanche. « Besoin de détourner l’attention ? Déclenchez une guerre », pouvait-on lire sur la pancarte brandie par Sam Crook, âgé de 66 ans, qui se disait « inquiet ». « Ce pays est entre les mains de quelqu’un qui n’est pas stable mentalement, Donald Trump », a-t-il déclaré à l’AFP. « J’ai peur qu’il déclenche par inadvertance – je pense qu’il ne le veut pas vraiment – une véritable déflagration au Proche-Orient ».

Shirin, une Irano-Américaine âgée de 31 ans qui a préféré ne pas donner son nom de famille, s’est aussi dite « inquiète de la possibilité d’une guerre avec l’Iran ». « On a déjà dépensé des trillions de dollars pour mener des guerres injustes en Irak (…) et en Afghanistan, et à quoi cela a-t-il mené ? », a-t-elle expliqué, en ajoutant que l’Iran en était notamment sorti renforcé, devenant une « force politique, sociale et culturelle majeure en Irak ».

Sur Times Square, à New York, les manifestants ont défilé en brandissant aussi des panneaux appelant à ne pas entrer en « guerre contre l’Iran » et à retirer les troupes américaines d’Irak. « La guerre n’est pas une stratégie de réélection », pouvait-on lire sur un panneau.

Des rassemblements étaient également organisés samedi à Chicago devant l’immeuble Trump Tower ou encore à Los Angeles.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. 50710002

    Coronavirus: l’Italie sous cloche pour contenir l’épidémie, l’angoisse monte

  2. François Fillon et son épouse Penelope - ici, en décembre dernier -, risqent jusqu’à dix ans de prison.

    Face aux juges, François et Penelope Fillon risquent gros

  3. CULTURE AALST CARNIVAL ZONDAGSSTOET

    Alost: les mêmes caricatures antisémites en 2020, quel avenir pour ce carnaval?

La chronique
  • Lettre d’Europe: le continent englouti ou le souvenir du Doggerland

    L’Europe fut autrefois un lieu très différent, géographiquement parlant. Jusqu’à il y a huit mille ans, une bande de terre désormais engloutie appelée Doggerland unissait l’actuelle Grande-Bretagne au continent. Si cet endroit reste très difficile à étudier avec les moyens techniques actuels, des passionnés consacrent tout leur temps libre à la recherche de traces humaines sur cet immense territoire aujourd’hui recouvert par la mer – l’année dernière, l’auteure britannique Julia Blackburn leur a dédié un livre illustré intitulé Time Song : Journeys in Search of a Submerged Land .

    Des pêcheurs de la mer du Nord ont retrouvé des os de mammouth, de nombreux vestiges archéologiques sont apparus sur les plages, et des traces d’êtres humains ont même été observées sur les fonds marins. La montée du niveau de la mer survenue à la fin de la dernière glaciation a inondé cet espace et créé une terre fantôme. Cet Atlantide de la Préhistoire constitue une preuve irréfutable s’il en est de l’impact qu’a pu...

    Lire la suite

  • Alost, où le permis de rire rivalise avec la banalisation

    Alost a donc fait de la résistance, les carnavaliers et beaucoup d’Alostois revendiquant le « droit de rire de tout » après s’être placée sous la loupe mondiale en raison des caricatures antisémites admises lors de son carnaval de 2019. Ce dimanche, le trait a encore été forcé. Les personnages contestés de l’an dernier ont été réinjectés dans d’autres scénarisations. La figure séculaire du Juif avare, spéculateur, manipulateur, a encore été amplifiée en raison de la mise en cause universelle de ce sens de l’humour alostois...

    Lire la suite