Accueil Économie Entreprises

La fuite de Carlos Ghosn ulcère le Japon

Epinglée par le fuyard pour son impartialité supposée, la justice nipponne se défend. « Il voulait échapper à la punition de ses propres crimes. Il n’y a aucune raison de justifier cet acte », assène le parquet de Tokyo.

Article réservé aux abonnés
Chef du service Economie Temps de lecture: 3 min

Trêve de Nouvel-An oblige – une période dont semble d’ailleurs avoir profité Carlos Ghosn afin de quitter le Japon dans les circonstances que l’on sait –, il aura fallu quelques jours aux plus hautes autorités nipponnes avant de se prononcer officiellement sur la fuite de l’ex-patron de Renault-Nissan. Ce dernier a indiqué dimanche soir qu’il donnera mercredi une conférence de presse à Beyrouth.

Les propos des autorités n’en sont pas plus amènes pour autant, d’autant que le principal intéressé ne s’était pas privé, dès son arrivée au Liban, de dire tout le mal qu’il pensait d’une justice à laquelle il avait délibérément choisi de refuser de se soumettre. « Je ne suis plus l’otage d’un système judiciaire japonais partial où prévaut la présomption de culpabilité, où la discrimination est généralisée et où les droits de l’Homme sont bafoués », avait-il justifié.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

6 Commentaires

  • Posté par Valdes Carrera José, dimanche 5 janvier 2020, 23:03

    Confondre Beyrouth et Bagdad … le journaliste devrait revoir sa géographie !! Et tous ceux qui ont laissé passer cette erreur aussi Sur le fond Nissan apportait l'essentiel du bénéfice du groupe Renault-Nissan mais n'y avait rien à dire. Quant on connait le racisme viscéral de la société japonaise, c'était intenable sur la durée et il me semble donc (très) plausible qu'un complot ait été hourdi visant à déboulonner Ghosn. Ce qui ne veut pas dire que Ghosn est innocent de ce dont on l'accuse Quant aux conditions de détention, être assigné à résidence sans pouvoir parler à sa famille et alors que la date du procès a été reportée sine die … Dans ces circonstances, si on peut partir on part et cela ne présume en rien de sa culpabilité

  • Posté par Delleuze Jean-Claude, lundi 6 janvier 2020, 10:48

    très juste.

  • Posté par Stoob Spyridon, dimanche 5 janvier 2020, 21:46

    mes doigts ont certainement fourché. Biffer "leur objectif était d'apporter la liberté et la démocratie" merci

  • Posté par Delvaux Joelle, dimanche 5 janvier 2020, 21:07

    Toute personne a le droit de s'évader... juste ne pas se faire (re)prendre

  • Posté par Stoob Spyridon, dimanche 5 janvier 2020, 21:42

    Rappelez vous Socrate. Il avait été injustement condamner a mort mais il a choisi de respecter les lois. Mr Ghosn par sa fuite démontre sa culpabilité, un innocent ne fuit pas, mais pour se blanchir il accuse la justice japonaise de partialité. Que je sache le Japon fait parti des pays ou l'état de droit existe réellement. Que son système judiciaire soit different du notre ne l'invalide pas pour autant. Je ne connais pas mr Ghosn et je ne me permet pas de le jugé en tant qu'individu mais en tant que dirigeant d'entreprise il a des comptes a rendre si comme le pretend Nissan il aurait spolié la société. C'est devant la justice que l'on démontre son innocence mais certainement pas leur objectif était d'apporter la liberté et la démocratie. pas devant les cameras de la presse.

Plus de commentaires

Aussi en Entreprises

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs